La liaison ferroviaire entre le centre de Paris et le quartier d'affaires de La Défense a finalement été rétablie, ce jeudi 2 novembre, après plus de 48 heures de travaux intenses de la part de la RATP et des entreprises du groupement Eole, à la suite d'un percement accidentel. Elisabeth Borne, la ministre des Transports, réclame des explications pour que de tels incidents ne se produisent plus à l'avenir.

"Ce qui s'est passé est inacceptable, je l'ai dit au maître d'ouvrage et je l'ai dit aux entreprises". Elisabeth Borne, ministre des Transports et ancienne présidente de la RATP est en colère. L'incident de lundi 30 octobre 2017, sur le chantier de prolongement du RER E vers La Défense a entraîné un percement du tunnel du RER A voisin. Par cette fissure de moins d'un mètre, s'est écoulée une importante quantité d'eau boueuse et de sable qui a inondé les voies et nécessité l'interruption du trafic, perturbant grandement les transports franciliens.

 

 

Touche pas à mes transports du quotidien

 

La ministre s'est rendue sur place mardi 31 octobre, alors que les équipes de SNCF Réseau (maître d'ouvrage de la future gare de la porte Maillot) et des entreprises de BTP impliquées (Bouygues Travaux Publics, Eiffage et Razel-Bec) étaient à pied d'œuvre pour colmater la brèche et évacuer les boues. Elle a déclaré : "Ce que je demande (…) maintenant à SNCF Réseau, à ces entreprises, d'abord, c'est de me faire un retour d'expérience. J'ai demandé un rapport pour la semaine prochaine, pour comprendre ce qui s'est passé". Son but : "Eviter que ça ne se reproduise. C'est ça tout l'enjeu maintenant, on va avoir beaucoup de travaux en Île-de-France". Elisabeth Borne anticipe l'impact de tous les chantiers du Grand Paris Express : "Vous savez qu'on a 200 kilomètres de nouvelles lignes de métro qui vont être en construction ? Ça n'est pas possible que préparer des transports de demain (…) se fasse au détriment des transports du quotidien".

 

"Le groupement Eole, sous responsabilité SNCF", souligne la RATP

 

De son côté, la RATP, rappelle la chronologie des événements : le percement de la paroi du tunnel du RER A, est intervenue lundi à la mi-journée, à l'occasion d'un forage préliminaire des travaux conduits par le groupement Eole, en charge du chantier du RER E pour SNCF Réseau. Par ce trou, un écoulement important et soutenu a noyé les voies sur une cinquantaine de mètres, nécessitant l'arrêt immédiat de la circulation des trains. Les entreprises ont colmaté cette fissure au moyen de plus de 300 kilos de résine et constaté l'arrêt de l'écoulement ce mercredi 1er novembre en matinée. En parallèle dans la nuit de mardi à mercredi, les ouvriers ont évacué 25 tonnes de boues récupérées sur les voies au moyen d'un convoi spécial, tandis que l'eau était vidangée au moyen de quatre pompes fonctionnant non-stop. Une fois ce colmatage effectué par le groupement Eole, la RATP a repris la main pour vérifier ses installations (câbles d'alimentation, système de signalisation et de communication) et remettre le tout en service ce jeudi 2 novembre au matin. La priorité affichée par Catherine Guillouard, présidente-directrice générale de la RATP était la reprise du trafic "dans les meilleurs délais et en toute sécurité".

 

Le RER A transporte, chaque jour, plus d'un million de passagers sur un axe Est-Ouest à travers l'Île-de-France. Il s'agit de la ligne la plus empruntée d'Europe et le doublement de la liaison entre Saint-Lazare et La Défense au moyen du futur RER E devrait la désengorger en partie.
actionclactionfp