MAISON D'ARCHITECTE - Erigée sur les hauteurs d'une colline dans les Alpes du Sud, la maison de Nathalie et Thierry bénéficie d'une vue unique sur le lac de Serre-Ponçon et ses paysages environnants. Malgré les nombreuses contraintes que présentait le terrain, le couple a pu obtenir la maison de ses rêves, à l'allure résolument contemporaine et ouverte sur l'extérieur. Explications.

L'architecte Christelle Serres-Chabrier a réussi le tour de force d'implanter une imposante maison contemporaine de 240 m2 sur un terrain à forte déclivité, délimité aux deux extrémités par deux voies d'accès. Autant dire que la construction de l'habitation et le choix de son implantation ont été deux opérations plutôt complexes. Il lui a donc fallu, d'une part, dompter la pente en trouvant des solutions techniques pour faire sortir de terre la maison en dépit de la forte et irrégulière pente du terrain et, d'autre part, trouver le moyen de protéger les occupants de la maison des nuisances liées à la proximité de deux routes à proximité.

 

Le tout, bien sûr, en veillant à orienter la maison le plus possible vers le sud, afin de profiter d'un ensoleillement maximum et de la vue panoramique sur le lac de Serre-Ponçon et ses alentours. "En ce qui concerne l'implantation, le choix a été plutôt limité puisque le terrain ne comportait qu'une seule partie plane, indique l'architecte. Nous avons eu de la chance car cela correspondait à la partie la plus haute, autrement dit, celle qui offrait le meilleur point de vue sur le paysage. Prendre de la hauteur nous a également permis de nous situer au-dessus des maisons situées en contre-bas et, donc, de ne pas les voir", ajoute-t-elle.

 

Création d'un espace tampon
Pour profiter pleinement de la vue, la façade sud a d'ailleurs été agrémentée de grandes baies vitrées qui vont même jusqu'aux angles de la maison. "L'idée était de récupérer le plus large champ de vision possible", précise Christelle Serres-Chabrier. Et pour que la maison entretienne une forte relation avec l'extérieur, l'architecte a enrichi la maison d'une vaste et large terrasse sur pilotis et d'un balcon à l'étage. Grâce à ces aménagements, les occupants peuvent ainsi quand même profiter du terrain malgré sa forte déclivité.

 

Restait à régler le problème des nuisances liées à la présence des voies d'accès. Pour garantir le calme et une certaine intimité aux propriétaires, Christelle Serres-Chabrier a fait le choix de placer le garage en première ligne, au nord, entre la route et l'habitation. "La construction forme une sorte d'espace tampon, un écran protecteur qui protège la maison du bruit et des regards".

 

La suite de l'article en page 2.
actionclactionfp