Le marché de l'immobilier se porte bien, en témoignent les bons chiffres de l'année 2016. En province, les volumes de vente augmentent, en particulier dans le Sud-Est, et les prix s'en ressentent, notamment ceux des maisons individuelles. Analyse.

Une année 2016 ensoleillée promet-elle une année 2017 tout aussi prospère ? C'est ce que suggèrent les Notaires de France, dans leur bilan chiffré des 12 derniers mois, paru le 13 décembre et co-signé par l'INSEE. Les volumes de vente ont en moyenne augmenté de 11% sur cette période, avec 838.000 biens vendus, preuve que les taux de crédit en constante chute ont encouragé les ménages à se lancer dans un projet d'achat.

 

En conséquence, les prix moyens constatés lors des ventes de biens immobiliers anciens ont globalement augmenté : +1,4% pour les appartements, et +2% pour les maisons individuelles. Une tendance constatée à Paris et en Île-de-France sans surprise, mais aussi, dans une moindre mesure, en province.

Des prix en hausse de 2% pour les maisons de province

Les appartements de province ont vu leurs prix très légèrement augmenter sur les 12 derniers mois (+0,3%), avec une accélération dans le 3e trimestre 2016 (+0,7%). Les maisons, quant à elles, connaissent un regain d'intérêt : +2,1% entre septembre 2015 et septembre 2016, une progression bien plus importante qu'en Île-de-France (+1,2%).

 

Les volumes de vente suivent aussi, avec +10% en province sur les 12 derniers mois. Sur l'ensemble du territoire, toutes les régions ne sont toutefois pas logées à la même enseigne. Certains départements voient leurs volumes de vente se réduire, comme le Loiret (-7%) ou la Haute-Saône (-1%). Mais la majorité ont été prisés par les acheteurs, en particulier dans le Sud-Est, à l'image des Bouches-du-Rhône (+26%) ou la Corse-du-Sud (+29%).

Evolution incertaine pour la deuxième moitié de 2017

Quid de 2017 ? Les prévisions, basées sur les promesses de vente déjà signées, sont optimistes et prévoient +3,9% sur les appartements et +5,4% sur les maisons sur l'ensemble du territoire d'ici fin janvier 2017. Pour le reste de l'année, rien n'est moins sûr, année électorale oblige ! Les Notaires évoquent plusieurs scénarios, en fonction du nom du futur vainqueur. Des allègements de la fiscalité sur les résidences secondaires ou sur les revenus de la location pourraient encourager les investisseurs à scruter le marché... et bouleverser les prix, dans un sens ou dans l'autre, sur l'ensemble du territoire.

 

En attendant, découvrez en pages suivantes le top des 10 villes de province où les prix de l'immobilier ancien ont le plus augmenté.
actionclactionfp