Alors que les taux de crédit continuent de baisser partout en France pour s'établir à 1,48% en moyenne début septembre, le Crédit Foncier dresse le portrait-robot de l'investisseur locatif en 2016. Petites surfaces privilégiées, investissements dans le neuf ou encore fiscalité motiveraient ces derniers à se lancer. Explications.

Évidemment, les taux de crédit historiquement bas allèchent les investisseurs locatifs. Et pour ceux qui craignent encore l'acquisition de biens immobiliers destinés à la location, une étude lancée par le Crédit foncier éclaire sur le portrait type de l'investisseur locatif en 2016.

 

Et sans surprise, c'est la fiscalité qui arrive en tête. "La perspective de payer moins d'impôt est la première motivation citée par la moitié des ménages français investissant dans l'immobilier locatif", révèle l'étude. Pour les trois quarts d'entre eux, ils investissent dans le neuf. Parmi eux, "54% projettent de revendre, plus tard, le bien acheté contre 30% seulement dans l'ancien."

L'immobilier comme levier à la constitution d'une épargne

L'ancien ne semble pas rencontrer le même succès auprès des investisseurs locatifs. Ils sont 16% à acquérir ce type de bien dans l'optique de voir leur fiscalité diminuer.

 

Pour d'autres (47% des personnes interrogées), c'est également l'envie de se constituer un patrimoine et de pouvoir jouir d'une future propriété qui les pousseraient à investir dans le locatif. D'ailleurs, 65% des investisseurs déclarent que l'immobilier est "leur placement préféré" en vue de se constituer une épargne. Arrive en seconde place, l'assurance-vie (19%) ou encore le livret d'épargne sécurisé (11%).

 

"Enfin, disposer d'un futur complément de retraite est la troisième motivation des investisseurs locatifs (46%)", souligne l'étude.

Les petites surfaces gagnent le cœur des investisseurs locatifs

Le constat est là : depuis quelques années déjà, ce sont les petites surfaces qui attirent le plus les investisseurs locatifs. Plus de la moitié d'entre eux investit dans un studio ou dans un deux pièces. "En moyenne, la surface du bien est de 45 mètres carrés pour un montant médian d'acquisition de 164.000 euros", ajoute le Crédit Foncier.

 

L'étude souligne également que plus de 90% des investisseurs locatifs se ruent vers l'achat d'appartements... au détriment de l'achat de maisons individuelles (8%).

Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Ile-de-France et Auvergne : le trio de tête pour l'investissement locatif

En France, cinq régions se démarquent des autres dans le domaine de l'investissement locatif. L'Occitanie (anciennement Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées) arrive en première position suivie par l'Ile-de-France, l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Nouvelle Aquitaine et la Provence-Alpes-Côte d'Azur. Les régions méridionales sont largement représentées. "Ces cinq zones géographiques constituent à elles seules 79% des transactions en 2015", explique l'étude.

 

Et si la baisse des taux d'intérêt continue à s'accentuer dans les mois à venir, le marché de l'immobilier semble encore avoir de beaux jours devant lui. Car si les investisseurs sont plus nombreux qu'auparavant, ils sont également prêts à emprunter plus d'argent auprès des banques pour acquérir un bien immobilier : "d'un montant moyen de 160.000 euros, le financement représente désormais 98% de la valeur du bien acquis contre 94% en 2010." Affaire à suivre.
actionclactionfp