TRANSPORT DU FUTUR. Les premiers éléments du tube qui contiendra la capsule de transport à haute vitesse Hyperloop Transportation Technologies sont arrivés à Toulouse Francazal. Un segment de plus de 300 mètres doit servir à des essais en grandeur réelle dès cette année.

La bataille à la vitesse est lancée et Hyperloop prend une longueur d'avance. Alors que le SpaceTrain français n'existe qu'en images de synthèse (plus un réseau désaffecté de pylônes de béton de 18 km), la solution d'Hyperloop Transportation Technologies prend forme. La nacelle, dont le premier prototype est en cours de finition en Espagne chez Carbures (spécialiste de l'aéronautique), devrait pouvoir être installée dès cet été dans le site d'essai de Toulouse Francazal puisque les premiers éléments du tube sont arrivés dans la ville rose.

 

Deux segments totalisant 1.300 mètres

 

Les tubes d'un diamètre de 4 mètres ont été livrés par convoi routier spécial. Ils seront assemblés afin de constituer un premier segment de 320 mètres de longueur, qui sera opérationnel dès cette année. Un second tronçon, d'une longueur de 1.000 mètres cette fois, installé sur des pylônes à une hauteur de 5,8 mètres, sera achevé en 2019. Hyperloop Transportation Technologies déclare : "Les deux systèmes seront évolutifs et seront utilisés par Hyperloop TT et tous ses partenaires". Dirk Ahlborn, le p-dg de la firme californienne, explique : "Il y a cinq ans, nous avons entrepris de résoudre certains problèmes les plus importants du transport : l'efficacité, le confort et la rapidité. Aujourd'hui, nous franchissons une nouvelle étape importante pour atteindre cet objectif". Bibop Gresta, le président d'Hyperloop TT, rajoute : "Construire à grande échelle est une preuve d'engagement et d'innovation sur le long terme".

 

capsule Hyperloop
capsule Hyperloop © Hyperloop Transportation Technologies

 

La société américaine, qui n'est pas la seule à travailler sur ce concept de transport terrestre à haute vitesse, précise avoir signé des accords dans pas moins de neuf pays et mobiliser une équipe internationale de 800 ingénieurs et techniciens. Fondée en 2013, elle répartit ces effectifs en 52 groupes multidisciplinaires, avec 40 entreprises et universités partenaires. Outre les Etats-Unis, la France et l'Espagne, elle est également active aux Emirats Arabes Unis, en Slovaquie, en République tchèque, en Indonésie, en Corée du Sud et au Brésil. Dans ce dernier pays, Hyperloop Transportation Technologies développe un autre centre de R&D qui sera dédié au transport de marchandises plutôt que de passagers. "Hyperloop n'est plus seulement un concept, c'est aujourd'hui une véritable industrie commerciale", assure son président. SpaceTrain, qui promet une réalisation en 36 mois, pourra-t-il répliquer à la vitesse du son ?

 

actionclactionfp