Le chantier du nouvel ensemble hospitalier d'Amiens est certainement le plus important en cours pour le groupe Bouygues Construction. 170.000 m2 de surface totale, 1.238 lits, 30 salles d'opération… Mais l'une de ses principales particularités réside dans la présence, pour la première fois en France, d'un nouveau béton autoplaçant à bas bilan carbone (BAP B2C), qui a été mis au point et produit sur ce chantier. Détails.

Conçu par l'agence d'architecture AART, ce nouvel ensemble hospitalier de 126.000 m2 est construit par un groupement composé de plusieurs filiales de Bouygues Construction. En effet, «sur un chantier d'une telle ampleur, cinq entités du groupe Bouygues Construction interviennent : Quille en tant que mandataire, Brezillon, Norpac et Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Et depuis ce début d'année, ETDE a rejoint notre groupement, afin d'assurer toute la phase de génie électrique», explique Pierre Rolland, directeur délégué bâtiment Nord Belgique.

 

Cet ensemble comprend ainsi la construction d'un bâtiment neuf, au sud d'Amiens, qui permettra de regrouper l'hôpital nord ainsi que plusieurs établissements actuellement répartis en différents points de la ville (maternité, ophtalmologie…), et comportera, entre autres, 791 lits, 30 blocs opératoires, ainsi qu'un parking en sous-sol de 500 places et sur une surface totale de 170.000 m, «soit l'équivalent de 27 stades de football !», poursuit Pierre Rolland. Ce chantier dont les travaux ont démarré en juillet 2009 et pour une durée de 4 ans, mobilisant environ 350 personnes (et plus de 800 en période de pointe) compte également la restructuration d'un ensemble hospitalier existant. «Sur ce dernier, nous assurons une continuité de service», souligne Pierre Rolland, ajoutant aussi que sur cette structure, «nous avons, par exemple, créé des sas pour isoler le bâtiment contre les poussières».

 

80.000 m3 de béton dont 16.000 m3 de BAP
«C'est une première sur un chantier en France», intervient Maryline Verbauwhede, directeur adjoint ingénierie béton. En effet, afin de réaliser ce nouveau CHU d'Amiens-Picardie, le groupement de travaux publics français, Bouygues Construction, produit sur le site 80.000 m3 de béton dont un nouveau béton autoplaçant, le béton autoplaçant à bas bilan carbone, appelé BAP B2C, et mis au point par Quille.

 

Développé depuis plus d'une dizaine d'années, le béton autoplaçant est, de plus en plus, utilisé sur les chantiers du groupe pour réduire les nuisances sonores, faciliter la mise en œuvre par les compagnons et contribuer à une image moderne du métier. «Ces bétons disposent de caractéristiques de plasticité leur permettant de ne pas être vibrés. C'est un élément important pour ce chantier qui est réalisé en site occupé», ajoute la spécialiste du béton.
Outre ses qualités rhéologiques identiques à celles des bétons autoplaçants habituels, ce dernier possède une formulation spécifique, optimisée en volume de liant (ciment plus additions) et «inférieur à 430 kg/m3», indique Maryline Verbauwhede. Il permet à la fois sur le plan environnemental, une diminution significative de l'impact carbone du béton, comprise entre 15 et 25% selon la nature des formules fabriquées et sur le plan économique, un faible surcoût par rapport au béton vibré S3, offrant de réelles perspectives de développement pour l'ensemble de la profession.

 

Le concept du BAP B2C s'inscrit également dans le cadre normatif et réglementaire actuellement en vigueur et permet la même diversité de gamme que les bétons autoplaçants habituels. Ainsi deux types de BAP B2C sont mis en œuvre sur ce chantier, «un pour des voiles en béton au parement traditionnel peint pour une quantité de 9.000 m3, et un second pour des voiles en béton au parement architectonique, pour environ 7.000 m3», ajoute Maryline Verbauwhede, qui explique également qu'après «cette expérience concluante sur ce chantier, nous souhaitons pouvoir l'étendre à d'autres projets au sein du groupe. Nous invitons aussi la profession du BPE à se rallier à cette cause : le BAP B2C apporte en effet une réponse technico économique, environnemental, pertinente aux développements de solutions constructives en béton».

 

Un chantier écologiquement responsable
Enfin, sur ce chantier, une attention toute particulière a été portée aux aspects environnementaux dans la conception du chantier, «c'est-à-dire changer nos habitudes a travers nos actes au quotidien en exerçant notre métier d'une nouvelle manière», conclut Pierre Rolland. Ainsi, le chantier de ce nouveau CHU maîtrisera ses impacts sur l'environnement, et plus particulièrement, respectera la cible numéro 3 du référentiel de HQE, à savoir mettre en place un chantier à faibles nuisances. Pour ce faire, un traitement spécifique sera apporté à la gestion des effluents liquides, à la réduction des nuisances sonores, à la gestion des déchets ainsi qu'à la réduction des nuisances visuelles.

 

Fiche du chantier
Maîtrise d'ouvrage : CHU d'Amiens Picardie
Mandataire Maître d'ouvrage : H4 Valorisation
Groupement : Quille (mandataire), Norpac, Bouygues Bâtiment Ile-de-France, Brézillon et ETDE
Coût : 258 millions d'euros
Durée des travaux : de juillet 2009 à juin 2013 soit 47 mois
Ouverture du nouveau CHU Amiens-Picardie : 2013
Maîtrise d'œuvre : AART - Farah architectes associés COTEBA Développement
Maîtrise d'œuvre technique : Coteba
Bureau de contrôle : QualiConsult
Coordonnateur SPS : Cossec

 

Le CHU d'Amiens en chiffres
Déblais : 150.000 m3
Bétons architectoniques : 7.000 m3
Bétons non vus ou peints : 9.000 m3
Coffrage : 450.000 m2

actionclactionfp