Les ventes de logements neufs continuent de progresser de 14,7% au premier trimestre 2016. Le marché est porté par la reprise des ventes en résidences principales tirées par le dispositif Pinel et le nouveau PTZ, selon l'observatoire de la FPI sur le logement neuf, publié ce jeudi. Détails.

Début d'année encourageant pour le logement neuf. Après une hausse de 13,6% en 2015, la tendance se confirme au premier trimestre avec une hausse de 14,7% des ventes totales, s'établissant à 30.804, indique la Fédération des Promoteurs immobiliers, qui vient de publier son observatoire du logement neuf pour le premier trimestre 2016. Cette augmentation s'explique notamment par des ventes aux ménages en hausse de 16,6% (25.591 logements) et par une forte reprise des ventes en résidences services de +33,1% (1.400 logements).

 

Le retour des propriétaires accédants

 

Dans le détail, la Fédération des Promoteurs Immobiliers se réjouit du "décollage, trop longtemps attendu, des ventes à propriétaires accédants", en hausse de 20,3% (13.329 logements). Cette augmentation est encore plus marquée lorsqu'elle concerne les ventes à TVA réduite (+34,9%). Ces bons résultats coïncident également avec le renforcement du PTZ depuis le 1er janvier 2016.

 

Le premier trimestre 2016 confirme également l'intérêt des investisseurs pour la pierre avec une croissance de 12,9% pour 12.262 logements, même si le nombre est encore inférieur à celui du 1er trimestre 2010 qui était de 15.109 logements. Ces résultats, se félicite la FPI, "montrent que le dispositif actuel répond aux attentes", et que "la prolongation d'un an du dispositif Pinel" va dans le bon sens.
Hausse des mises en ventes

 

Comme les ventes de logements neuf, les mises en vente continuent leur progression à un rythme similaire (17,9% à 26.812 logements). Cependant, l'augmentation des nouvelles autorisations de construire (12,2% en collectif selon les statistiques du SOeS) laisse craindre des tensions à venir sur le marché, note la FPI. En effet, l'offre commerciale est stable en volume mais le délai d'écoulement se réduit à moins d'un an (11,3 mois).

 

Stabilité des prix

 

Enfin, sur l'ensemble du territoire, les prix restent stables à 0,5% (3.967 €/m²), malgré les tensions sur l'offre commerciale. Dans le détail, le prix du m² en Province reste stable à 3.648 €/m² alors qu'il baisse légèrement en Ile-de-France (-0,2%) à 4.607 €/m². La stabilité en Province masque cependant de grandes disparités, ainsi la communauté d'agglomération du Havre enregistre la plus forte hausse (+9,3%), suivie par celle de Caen (+7,8%) et celle du Bassin d'Arcachon (+6,1%). A l'inverse, c'est dans les communautés d'agglomération de Saint-Malo (-10,8%), Lille (-9%) et Rouen (-5,3%) que le prix de vente au m² a le plus baissé.

 

Lever les obstacles

 

En conclusion, pour la présidente de la FPI, Alexandra François-Cuxac, "les chiffres du premier trimestre confirment l'optimisme retrouvé en 2015 face à la reprise du marché". Toutefois, ces résultats encourageants "ne doivent pas faire oublier les besoins des mesures structurelles", souligne-t-elle, rappelant l'urgence "de lever les obstacles à la construction", comme par exemple accélérer la rapidité du traitement des recours par les tribunaux ou lutter contre les dispositions illégales des chartes (Lire notre article: "La FPI alerte sur le contenu des chartes entre ville et promoteurs") ou encore la nécessité de fluidifier l'accès au foncier constructible".
actionclactionfp