Alors que le projet du Grand Paris envisage la construction de 70.000 logements par an pendant 20 ans, des bureaux et de nouvelles gares, les besoins en matériaux seront considérables, avec une tension particulière sur les granulats. Ressources en granulats, acheminement, stockage: quels seront les "capacités à construire". Détails.

Le préfet de la région Ile-de-France, Daniel Canepa, a présidé ce 18 décembre un séminaire consacré à l'approvisionnement en matériaux du Grand Paris. Un enjeu stratégique pour la réussite du projet présenté aux administrations, fédérations professionnelles, industriels et aux élus de l'Ile-de-France.

 

"Les travaux menés jusqu'à présent par la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie (DRIEE) ont permis de dégager de premiers enjeux, derrière lesquels se dessine clairement la nécessité de nouvelles approches coopératives entre acteurs publics", a-t-il commenté en préambule de la rencontre. Comment faire en sorte que les matériaux nécessaires aux constructions du futur Grand Paris soient produits et acheminés en quantité suffisante au plus près des zones d'aménagement, dans des conditions soutenables, alors que la Région importe déjà plus de la moitié des matériaux qui lui sont nécessaires pour construire 40.000 logements par an ?

 

Autant de questions apparemment techniques qui, au bout du compte, influeront sur la qualité de vie de chaque Francilien et sur l'efficacité économique de la Région, a rappelé Daniel Canepa. Et de souligner aux acteurs : "Alors que le rythme maximum de construction de logements ces dernières années n'a jamais dépassé les 41.000 unités atteintes en 2008, les objectifs de réalisation du Grand Paris, 70.000 logements par an de manière durable, mais aussi les bureaux, gares, équipements et infrastructures associés, vont entraîner à l'horizon 2030 une consommation annuelle accrue en matériaux de construction estimée globalement à 15 %."

 

2 à 4 nouvelles centrales à béton seront nécessaires
Pour certains matériaux (gypse, ciment, argile et bois), il pourra être répondu aux nouveaux besoins sans trop de difficultés. Ce qui ne sera pas le cas pour les granulats, qui représentent la première ressource consommée dans la construction. La mise en œuvre du Grand Paris, entraînera également d'après l'Etat une augmentation de la consommation de granulats de 14 % par rapport à 2008 soit, 4,7 millions de tonnes supplémentaires, et de 29% soit 2,6 millions de m3 pour le béton nécessaire à la construction de logements, essentiellement à Paris et en petite couronne.

 

"Pour couvrir cette demande, 2 à 4 nouvelles centrales à béton par département devront trouver leur place dans une agglomération en densification", a poursuivi le préfet.

 

Découvrez la suite de l'article "Grand Paris: quid des besoins en matériaux ?" dès la page 2
actionclactionfp