La garde des Sceaux Nicole Belloubet a signalé ce mardi devant la Commission des lois du Sénat que près de 26 millions d'euros de crédits sont prévus pour lancer la construction de cinq maisons d'arrêts et six quartiers de préparation à la sortie.

Devant la Commission des lois du Sénat, ce 28 novembre 2017, la garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a signalé que près de 26 millions d'euros sont prévus pour lancer la construction de cinq maisons d'arrêts et de six quartiers de préparation à la sortie. Les acquisitions foncières nécessaires à la construction de ces établissements, sont prévues dans le cadre des 15.000 nouvelles places promises par le président Macron. Enfin, dix millions d'euros devraient enfin être débloqués pour rénover la sécurité des établissements et 35 emplois viendront renforcer le Bureau central du renseignement pénitentiaire, a expliqué la ministre de la Justice.

 

Par ailleurs, Nicole Belloubet a évoqué une augmentation de 30,8% des crédits immobiliers pour faire notamment face à la mise en service du nouveau palais de justice de Paris, récemment construit dans le 17ème arrondissement.

 

Avis défavorable de la commission des lois du Sénat

 

De son côté, la commission des lois du Sénat a donné, ce mercredi, un avis défavorable à l'adoption des crédits de la mission "Justice", à l'exception des crédits du programme "Protection judiciaire de la jeunesse". Pour le sénateur de la Manche, Philippe Bas (Les Républicains ), président de la commission, les crédits d'investissement pour les prisons sont en fort recul. Il a aussi "déploré que l'objectif du Président de la République de construire 15.000 places de prison pendant son mandat soit officiellement abandonné".

 

Par ailleurs, le sénateur de l'Aveyron, Alain Marc (Les Indépendants) a déploré l'insuffisance des crédits dédiés à l'administration pénitentiaire. Il a notamment dénoncé la forte baisse des crédits consacrés à la maintenance des établissements, de plus de 29,3 % par rapport à 2017, alors même que plus d'un tiers des cellules du parc immobilier carcéral sont considérées comme vétustes : "Le sous-investissement dans l'entretien du parc immobilier de l'administration pénitentiaire entraîne une dégradation précoce des établissements existants et conduit soit à une augmentation des coûts des rénovations futures, soit à une fermeture forcée et non anticipée de places d'établissements pénitentiaires." A noter que les crédits de la mission "Justice" seront examinés par le Sénat en séance publique le 5 décembre prochain.

 

actionclactionfp