Dans leur étude "Regard financier sur les petites villes", l'Association des petites villes de France (APVF) et La Banque Postale révèlent que l'investissement des communes de 3 à 20.000 habitants a reculé de 16,4% en 2014 par rapport à 2013. Détails.

En 2014, l'investissement des communes de 3.000 à 20.000 habitants chute brutalement de 16,4% par rapport à 2013, ont signalé, mercredi 1er juillet 2015, l'Association des petites villes de France et La Banque Postale dans leur étude intitulée "Regard financier sur les petites villes".

 

"La baisse, traditionnellement observée les années d'élections, est particulièrement importante sur ce nouveau cycle, notamment à cause d'une nouvelle contraction de l'épargne brute, (Ndlr : solde entre recettes réelles de fonctionnement et dépenses réelles de fonctionnement)", souligne La Banque Postale dans un communiqué. Ce qui porte une diminution de l'épargne brute à 15% sur trois ans.

 

Poursuites des baisses de dotations programmées en 2016 et 2017

 

Avec les nouvelles baisses de dotations programmées en 2016 et 2017 marquées par 3,67 milliards d'euros en moins chaque année pour l'ensemble des collectivités, après une baisse de ce montant appliquée en 2015, l'auto-financement de ces petites villes va poursuivre sa chute, d'après les perspectives de La Banque postale et de l'APVF. "Entre 2015 et 2017, l'auto-financement devrait décroître en moyenne de 5,5% chaque année, si l'on suppose que toutes les communes vont faire des efforts de maîtrise de la croissance des charges de fonctionnement", ajoutent-ils dans l'étude.

 

Derrière ces moyennes se cachent de fortes disparités individuelles, reflets de situations différentes en termes de moyens et de charges, de calendriers divergents selon les territoires en matière de développement des équipements, du type d'appartenance intercommunale et, également, des compétences restant à la charge de la commune, complètent-ils.

 

Vers un fonds de soutien d'1 milliard d'euros annoncé par Matignon

 

Pour faire face à ce choc de sous-investissement à venir, l'Association des petites villes de France (APVF) compte bien sur le fonds de soutien à l'investissement d'un milliard d'euros annoncé par Matignon. "Ce fonds ne doit pas être fléché uniquement sur la section d'investissement, mais aussi sur la section de fonctionnement, souligne l'association dans un communiqué. Dans le cas contraire, les petites villes ne pourraient même pas utiliser ces fonds pour soutenir l'investissement car elles ne pourraient avoir assez de marges pour financer les restes à charge."

actionclactionfp