C'est Bouygues qui a été sélectionné parmi les quatre candidats ayant répondu à la consultation de départ concernant la construction de l'extension en mer de six hectares prévue par la Principauté de Monaco pour 2025. Le groupe de BTP disposera d'un peu plus d'un an pour finaliser un accord définitif.

Le prince Albert II de Monaco a fait l'annonce de son choix quant à l'opérateur de l'extension en mer de la Principauté, à l'horizon de 2025 : c'est avec Bouygues que le gouvernement princier entrera en négociations exclusives. Choisi parmi les quatre candidats en lice, Vinci Concessions, Fincantieri (Italie) et Terraforma Monaco Gildo Pastor Pallanca (Monaco), le groupe de BTP dispose désormais de 12 à 18 mois afin de conclure un accord définitif avec l'Etat monégasque. D'après Monaco-Matin , en cas d'achoppement de ces discussions, c'est Vinci Concessions qui reprendra la suite.

 

Un investissement d'un milliard d'euros
Si le projet n'est pas encore totalement finalisé, les grandes lignes sont toutefois connues. L'opération d'envergure prévoit la création d'une presqu'île artificielle de 6 hectares sur la Méditerranée. Contre un investissement estimé à 1 Mrd €, le constructeur
se rémunèrera sur 60.000 m² de surfaces vendables (hors loggias, terrasses ou jardins privatifs) qu'il aura le droit de commercialiser dans des immeubles écoresponsables, n'excédant pas 10 étages.

 

L'ensemble des infrastructures et réseaux seront rétrocédés à l'Etat monégasque qui estime que les nouvelles surfaces construites pourront générer d'importantes recettes. La Principauté, de 2 km² et 36.000 habitants, chiffre à 350.000 m² supplémentaires ses besoins en termes de superficie pour les 10 ans à venir. Le nouveau quartier, qui devrait émerger à cette période, devra relever d'importants défis en termes environnementaux : il sera en effet situé entre la réserve marine du Larvotto et le tombant des Spélugues, dont la profondeur chute rapidement.
actionclactionfp