Démarré en mars dernier, le débat public autour du très controversé projet "EuropaCity", prévu sur la ZAC du Triangle de Gonesse (Val d'Oise et Seine-Saint-Denis) s'est terminé ce mercredi 13 juillet. Au final, la région Ile-de-France s'est dite favorable au lancement du programme mais avec de nombreuses réserves.

A l'issue de quatre mois d'un débat public très animé autour du projet "EuropaCity", prévu sur la ZAC du Triangle de Gonesse-Val d'Oise et Seine-Saint-Denis, la région Ile-de-France s'est dite favorable, mercredi 13 juillet 2016, à ce programme, mais détaille de nombreuses réserves. Elle précise dans son argumentaire que "la présence d'infrastructures qui pourraient être perçues comme somptuaires devra être évaluée avec soin, ainsi que leur caractère soutenable en matière d'environnement".

 

Par ailleurs, la collectivité exige "la démonstration du caractère vertueux des modalités de production énergétique et de la dimension environnementale et écologique du projet". Avant de demander également le déplacement du site, afin que la future gare du réseau Grand Paris Express, prévue sur le territoire, "ne soit pas uniquement dédiée au projet EuropaCity".

 

Un "Notre-Dame-des-Landes en Ile-de-France"

 

Rappelons que ce projet hors norme porté par Immochan, la branche immobilière du groupe Auchan, est présenté par ses opposants comme un "Notre-Dame-des-Landes en Ile-de-France". L'objectif est de taille : réaliser un quartier d'affaires international, le projet de complexe commercial et touristique EuropaCity, des espaces paysagers en laissant une lisière agricole d'environ 11 hectares, entre les aéroports de Roissy-Charles De Gaulle et du Bourget.

 

D'ailleurs, l'Autorité environnementale avait rendu un avis favorable sur le dossier de création de la ZAC du Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis et Val d'Oise), assorti de quelques recommandations. Estimé à 3,1 milliards d'euros, ce vaste ensemble, qui est décrété par l'Etat comme programme d'intérêt national (ONI), compte attirer 31 millions de visiteurs par an et représenterait le plus gros investissement privé en France depuis Disneyland Paris en 1992.

actionclactionfp