Alors qu'un débat public s'ouvrira ce mardi 15 mars sur le sort d'EuropaCity, sur la ZAC du Triangle de Gonesse -Val d'Oise et Seine-Saint-Denis-, le porteur du projet s'est dit prêt à faire évoluer le programme controversé du groupe Auchan mais a exclu d'y renoncer. Précisions.

Quelques jours avant l'ouverture du débat public prévu le mardi 15 mars 2016 sur le sort d'EuropaCity, le complexe touristique et commercial, prévue sur la ZAC du Triangle de Gonesse, dans le Val d'Oise et à la frontière de la Seine-Saint-Denis, le directeur d'EuropaCity, s'est dit prêt à faire évoluer le projet controversé du groupe Auchan mais a exclu d'y renoncer. "Nous serons à l'écoute et ce débat va nous permettre de faire évoluer le projet", a assuré mercredi 9 mars Christophe Dalpstein, le directeur d'EuropaCity, lors de la présentation de la concertation qui sera menée par la Commission nationale du débat public (CNDP) du 15 mars au 30 juin prochain.

 

Rappelons que ce projet hors norme d'Immochan, la branche immobilière du groupe Auchan, est présenté par ses opposants comme un "Notre-Dame-des-Landes en Ile-de-France".

Une lisière agricole d'environ 11 hectares

L'objectif est de taille : réaliser un quartier d'affaires international, le projet de complexe commercial et touristique EuropaCity, des espaces paysagers en laissant une lisière agricole d'environ 11 hectares, entre les aéroports de Roissy-Charles De Gaulle et du Bourget. D'ailleurs, l'Autorité environnementale vient de rendre un avis favorable sur le dossier de création de la ZAC du Triangle de Gonesse (Seine-Saint-Denis et Val d'Oise), assorti de quelques recommandations.

 

Estimé à 3,1 milliards d'euros, ce vaste ensemble, qui est décrété par l'Etat comme programme d'intérêt national (ONI), compte attirer 31 millions de visiteurs par an et représenterait le plus gros investissement privé en France depuis Disneyland Paris en 1992.

 


actionclactionfp