Le conseil d'administration de SNCF Réseau et l'Etat ont approuvé, mardi 20 décembre 2016, l'engagement à hauteur de 46 milliards d'euros sur dix années pour rénover le réseau ferroviaire dont 34 milliards d'euros pour les lignes les plus fréquentées.

Une nouvelle politique d'investissement de grande envergure est sur les rails en matières d'infrastructures ferroviaires. L'État et la SNCF Réseau ont finalisé, le 20 décembre 2016, le contrat de performance qui fixe sur dix ans les engagements de chacun pour rénover l'intégralité du réseau ferroviaire français. Une enveloppe sans précédente allouée à la SNCF qui correspond à 46 milliards d'euros dont 34 milliards d'euros pour les lignes les plus fréquentées.

 

En détails, ce contrat prévoit 27,9 milliards d'euros sur 10 ans, financés par SNCF Réseau, pour le renouvellement du réseau principal, signale le gestionnaire d'infrastructure français dans un communiqué. "Cela représente donc près de 2,6 milliards d'euros en 2017", précise-til.

 

Entre 2017 et 2019, 300 millions d'euros par an seront consacrés aux investissements industriels et technologiques (engins, informatique et outils digitaux) afin de moderniser et transformer rapidement la gestion du réseau. Soit 1,8 milliard d'euros sur 10 ans au total.

 

Par ailleurs, "4,5 milliards d'euros seront également investis par l'Etat, les Régions et SNCF Réseau, dans les travaux de mise en conformité du réseau, aussi bien pour la sécurité (suppression de passages à niveau) que pour l'accessibilité des gares", complète le nouvel accord entériné le 20 décembre 2016.

 

900 millions d'euros pour la rénovation des lignes régionales

 

Enfin, 900 millions d'euros seront investis par les Régions et SNCF Réseau dès 2017 pour la rénovation des lignes régionales dans le cadre des Contrats Plan Etat-Région (CPER), avec une montée en puissance à plus de 1 milliard d'euros dès 2018 contre 600 millions d'euros aujourd'hui.

 

Rappelons que ce contrat tant attendu depuis plusieurs mois, était inscrit dans la loi de 2014 sur la réforme ferroviaire. "Ce projet de contrat sera soumis pour avis à l'Arafer avant signature par l'Etat et SNCF Réseau, signale ce dernier dans un communiqué. Ce contrat acte la progression des budgets consacrés à la modernisation du réseau à un niveau jamais atteint auparavant, tout en offrant une meilleure visibilité sur les moyens que l'entreprise pourra mettre en œuvre dans les prochaines années."

 

Parmi les six objectifs majeurs fixés, la définition des priorités de renouvellement et d'amélioration du réseau en donnant la priorité au réseau structurant et aux zones denses, la réalisation d'un programme de renouvellement des lignes régionales inscrit dans les Contrats de plan Etat Région (CPER) et la transformation de la gestion du réseau en font parties.

 


La ligne TGV Perpignan-Figueras repris par les Etats français et espagnols


Suite à la liquidation judiciaire du concessionnaire privé TP Ferro, coentreprise des groupes de BTP Eiffage ACS et Eiffage, la concession de la ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Perpignan à Figueras (Ndlr : un tronçon du Paris Barcelone) a été reprise le 20 décembre 2016 par Linea Figueras Perpignan, filiale constituée par SNCF Réseau (gestionnaire d'infrastructure français,) et ADIF (gestionnaire espagnol). "L'objectif est de garantir la continuité des circulations ferroviaires entre les deux pays", a annoncé le secrétariat d'Etat français aux Transports dans un communiqué.

 

Pour rappel : TP Ferro, détenue à parts égales par les groupes de BTP espagnol ACS et français Eiffage, s'est révélé incapable de régler sa dette, qui s'élève à 557,2 millions dont 391,5 millions d'euros envers les prêteurs et a été placé en redressement judiciaire en septembre 2015.

actionclactionfp