Après l'écartement de Bouygues Construction pour la conduite du futur chantier de la tour Saint-Gobain à la Défense, l'assureur et investisseur italien Generali a choisi un nouveau grand groupe de BTP pour mener à bien le projet. Découvrez qui, d'Eiffage ou de Vinci, a finalement décroché ce marché de la 2e chance.

Comme dans les jeux de hasard, pour la construction de la future tour Saint-Gobain de la Défense, il y a une chance au grattage et une chance au tirage. Et à ce petit jeu, où Bouygues avait potentiellement raflé la mise, c'est finalement Vinci Construction qui remporte le gros lot. Selon une information des Echos, non confirmée par Vinci dont le porte-parole était injoignable ce jeudi 17 mars 2016, c'est bien le numéro un du BTP français qui construira le futur siège de Saint-Gobain. Un premier accord prévoyait pourtant, en 2015, que ce soit Bouygues qui le construise. Mais des différends budgétaires ont mis fin brutalement à cette collaboration, au mois de janvier dernier.

 

L'immeuble de 165 mètres de haut, imaginé par Valode & Pistre, doit être édifié sur la parcelle initialement dévolue au siège de Generali lui-même. Il offrira 49.000 m² de surface de bureaux de haute qualité environnementale, répartis sur une trentaine de niveaux. Le budget estimé de sa construction atteint les 150 M€, tandis que le démarrage du chantier était espéré pour le 2e trimestre 2016, un délai bien court pour que Vinci puisse mettre en place les ressources nécessaires. La livraison aurait dû intervenir au 3e trimestre de 2019.

actionclactionfp