La Fédération des entreprises sociales pour l'habitat (ESH), à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, a formulé six propositions pour "améliorer et pérenniser le modèle français du logement social".

Sanctuarisation des APL et du tiers-payant, renforcement du NPNRU, simplification normative... La Fédération des entreprises sociales pour l'habitat (ESH) a formulé, le 18 avril, six propositions aux candidats à l'élection présidentielle visant à "pérenniser" le modèle français du logement social.

 

Pour avancer ses idées, l'organisation s'est notamment appuyée sur une étude commandée au cabinet de conseil Roland Berger, dont le but était d'évaluer l'impact du secteur HLM sur l'économie française. "Le logement social permet un supplément de pouvoir d'achat à ses locataires via une baisse de loyer de 4,5 milliards d'euros", peut-on lire dans un communiqué de presse de la Fédération des ESH. "Le secteur dégage 0,6% de PIB au profit de l'économie nationale et génère 260.000 emplois directs et indirects : une contribution plus forte que le privé."

 


Sanctuariser le tiers-payant pour les bailleurs sociaux


C'est pour maintenir cette dynamique que les ESH appellent les pouvoirs publics à prendre une série de mesures en faveur du logement social. Parmi les premières d'entre elles, sanctuariser les aides personnelles au logement (APL) et le tiers-payant (qui permet au bailleur de recevoir directement le montant de l'aide au logement à laquelle un locataire a droit). Un effort de simplification normative serait également le bienvenu, avec notamment un "alignement" des contraintes des marchés publics sur celles du logement libre.

 

La dynamique du logement social ne sera pas maintenue si, par ailleurs, les moyens du NPNRU ne sont pas renforcés. "La Fédération des ESH propose que les pouvoirs publics engagent des moyens financiers appropriés, comparables à Anru 1, et apportent un soutien actif à l'exploration de pistes alternatives de financement par les opérateurs HLM - telles que l'obtention de prêts auprès de la BEI ou de levées de
fonds auprès d'investisseurs institutionnels", peut-on lire dans le communiqué.
actionclactionfp