Malgré la raréfaction des ressources fossiles et l'abandon programmé des centrales nucléaires dans de nombreux pays, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables sont en chute : -20 % sur le 3e trimestre 2012 par rapport à 2011. La crise économique et les incertitudes politiques seraient les deux causes de cette baisse, la première en huit ans.

Les énergies vertes n'ont plus le vent en poupe. Malgré les engagements pris de réduction des émissions de gaz à effet de serre et la volonté politique de ne plus dépendre des énergies fossiles (pétrole et gaz) sans oublier les conséquences de la catastrophe de Fukushima sur l'atome civil, les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables sont en baisse. Selon un rapport de Bloomberg New Energy Finance, relayé par Le Monde, le montant alloué serait tombé à 44 milliards d'euros au 3e trimestre 2012, soit 20 % de moins qu'un an auparavant. Bloomberg estime que « l'investissement dans l'énergie propre pour toute l'année 2012 va tomber juste en deçà des 217 milliards d'euros de l'année dernière ». Une nouvelle qui constituerait une première après huit années consécutives de hausse.

 

Les investissements seraient ralentis par l'incapacité des pays à sortir de la récession et par l'incertitude politique autour du soutien à apporter aux nouvelles énergies, solaire et éolien en tête. La situation exacte de la France, mais qui prévaut également en Italie, en Grande-Bretagne (qui souhaite assouplir l'exploitation des gaz de schiste) et même aux Etats-Unis. Une inversion de polarité s'observerait, avec un glissement vers le Sud des investissements. Le Brésil notamment a considérablement accru ses moyens dans le domaine des énergies vertes, avec une hausse de 24 % par rapport à 2011. Une situation qui « illustre le changement géographique qui intervient sur les énergies propres, avec des marchés établis comme les Etats-Unis, l'Europe ou la Chine qui perdent de leur élan, pendant que de nouveaux marchés en Amérique du Sud, en Asie et en Afrique, sont en phase d'accélération ». De nombreux projets sont en effet en cours de développement en Afrique du Nord notamment.
actionclactionfp