Elizabeth Borne est depuis mai 2017 ministre chargée des Transports auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot. Elle fait partie des membres du gouvernement dirigé par Édouard Philippe issus de la société civile, n'ayant jamais eu de mandat politique.

Dans un tweet, une fois la composition du gouvernement rendue publique, elle se dit « très fière d'agir au service des transports et de la transition écologique » et conclut par un simple « Au travail ! ».

 

Pour les observateurs, cependant, ce ne fut pas une surprise de voir cette polytechnicienne née en avril 1961 intégrer le cercle restreint des ministres du premier gouvernement de la présidence d'Emmanuel Macron. Hors une courte escapade de moins d'un an dans le privé, au sein du groupe Eiffage, Élisabeth Borne effectué l'essentiel de sa carrière à la gouvernance de grandes entités du transport public (SNCF et RATP) ou dans des cabinets ministériels où ses compétences dans le domaine du transport furent très tôt appréciées par des élus de gauche (Jack Lang, Lionel Jospin et Ségolène Royal).

 

Parcours professionnel


- 2017 : Ministre auprès du ministre d'État, ministre de la Transition écologique, chargée des Transports.
- 2015 : PDG de la Régie autonome des transports parisiens (RATP).
- 2013 : Préfète de la région Poitou-Charentes.
- 2014 : Directrice de cabinet du ministre de l'Écologie.
- 2008 : Directrice générale de l'urbanisme à la mairie de Paris.
- 2007 : Directrice des Concessions au sein du groupe Eiffage.
- 2002 : Directrice de la Stratégie à la SNCF.
- 1997 : Conseillère technique chargée des transports au sein du cabinet du Premier ministre.
- 1990 : Conseillère auprès du ministre de l'Éducation nationale.
- 1987 : Haut-fonctionnaire au ministère de l'Équipement puis à la Direction régionale de l'Équipement d'Île-de-France.

 

Les grands chantiers de sa carrière


Auditionnée en 2015 par l'Assemblée nationale avant de prendre la direction de la RATP et de ses 55 000 agents, Élisabeth Borne avait indiqué vouloir faire de la régie « une référence en terme de mobilité durable ». Comme quoi la nouvelle ministre va désormais mettre en œuvre de manière plus générale encore une philosophie qui s'efforce de concilier transports performants et conformes aux exigences et normes liées au développement durable.
Pour autant, elle n'ignore pas le contexte financier délicat. « Il n'y a pas de mystère sur le fait que les équations financières sont compliquées… Mais la contrainte financière, c'est aussi l'occasion de penser autrement la mobilité » a-t-elle cependant expliqué à la mi-juin 2017 au salon Viva Technology. Et de préciser dans MobiliCités : « C'est important de ne pas tabler uniquement sur les nouvelles infrastructures. Il y a des besoins sur les réseaux existants et il n'y a rien de plus mauvais que d'oublier l'entretien... »

 

Encore prudente avant l'été 2017 sur les contours exacts de sa feuille de route, Élisabeth Borne devra puiser dans sa propre expérience pour relever les défis à venir. Son cursus lui a permis d'être à l'aise dans les dédales de la haute administration et des cabinets ministériels, tout en faisant ses preuves de « décideur » respectée, dans le privé ou le para-public.

 

Etudes et distinctions


- 2016 : Officier de l'Ordre national du Mérite.
- 2013 : Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'Honneur.
- 1985 : Diplômée de l'École polytechnique (Promotion 1981), de l'École nationale des Ponts et Chaussées et du Collège des ingénieurs.
actionclactionfp