Quelle attitude adopte aujourd'hui l'artisan face à l'outil informatique ? Est-il un adepte du web, de la téléphonie mobile et des réseaux sociaux ? Quelle utilisation fait-il de ces outils « digitaux » ? Eléments de réponse avec le premier baromètre de l'Observatoire des artisans et des prescripteurs du bâtiment, BatiObs.

Près de 300 artisans, appartenant à six corps de métiers différents (plombiers, électriciens, menuisiers, maçons, couvreurs et peintres), ont répondu à l'étude menée par l'Observatoire des artisans et des prescripteurs du bâtiment (BatiObs) sur le thème « le digital et l'artisan ». L'idée de ce premier baromètre est d'identifier les rapports qu'entretiennent les professionnels de la construction avec le web, la téléphonie mobile et les réseaux sociaux.

 

Parmi les principales conclusions de cette enquête, l'on notera de fortes disparités selon les corps de métiers, un taux d'équipement se situant dans la norme, une utilisation de l'outil informatique majoritairement dédiée aux tâches administratives. Côté réseaux sociaux, on n'en est qu'aux balbutiements, de même que l'exploitation des applications et services proposés sur les Smartphones et autres tablettes reste très faible. Enfin, si l'utilisation d'Internet à proprement parler est désormais entrée dans les mœurs de la plupart des artisans, l'âge et l'effectif des entreprises restent des facteurs déterminants.

Le digital, oui, mais pas seulement !
BatiObs, composé de trois experts que sont le groupe Axiome et les agences de communication Terre de Com et Brands at Work, ont en tiré quelques enseignements qu'ils recommandent à tout responsable de communication qui voudrait se lancer dans une démarche « digitale ». Ainsi, il ressort avant tout que la principale attente de l'artisan, c'est gagner du temps et de l'argent ! D'où l'idée de développer des services on line qui répondront à leurs préoccupations et leur fera économiser du temps. En outre, l'artisan mise beaucoup sur le contact et le relationnel, chose à prendre en compte avec le digital également. Enfin, le digital ne doit pas devenir la solution unique, surtout au vu de la disparité des profils d'artisan et de leur « sensibilité » à l'informatique. Il faut donc maintenir la communication multi-canaux, préconisent les experts.

 

Enfin, dernière grande leçon de ce baromètre : les artisans disent en grande majorité (63%) ne pas avoir reçu d'information de la part des fabricants et distributeurs au sujet de la RT 2012. Ce sera le thème de la seconde étude que lancera BatiObs dans les mois à venir…

 

Retrouvez en pages suivantes quelques grands résultats de l'étude

Pour en savoir plus et commandez l'étude, contactez Jean‐Christophe Freiss (BatiEtude) - 06 69 10 62 06

actionclactionfp