Hasard du calendrier, l'architecte japonais Kengo Kuma était à l'honneur ces derniers jours, avec deux projets muséaux inédits. L'un remporté au Danemark, qui sera dédié au conteur Hans Christian Andersen ; l'autre en hommage à l'humaniste Albert Kahn, à Boulogne-Billancourt, où il a participé à la première pierre. Découverte.

L'architecture épurée de Kengo Kuma a encore frappé. Après avoir remporté le projet du stade de Tokyo, au détriment de Zaha Hadid, récemment disparue, l'artiste japonais s'est vu confier, ce samedi 2 avril, celui du futur musée dédié à l'auteur de La Petite Sirène, Hans Christian Andersen, qui ouvrira ses portes dans la ville natale de l'écrivain, en 2020. Soit simultanément à l'inauguration du stade des JO…

 

C'est aux côtés des architectes de Cornelius+Vöge, des architectes-paysagistes de MASU Planning et des ingénieurs d'Eduard Troelsgard, que Kengo Kuma travaillera sur cette « Maison Andersen », dont le rôle au sein de la ville d'Odense a été largement salué. En effet, le centre ville étant en cours de mutations et sujet à d'importants travaux suite à la fermeture d'une artère principale, le musée incluera le Centre culturel pour Enfants The Tinderbox, rénové et agrandi pour l'occasion. Au final, le projet s'étendra sur 5.600 m2, dont les deux-tiers seront souterrains pour créer un jardin magique dans le centre d'Odense.

 

« Nous avons trouvé un projet gagnant unique. L'origine japonaise de Kengo Kuma montre que quelquefois il faut voyager à l'étranger pour se retrouver chez soi. La qualité de sa proposition est inégalable : elle sait capturer l'esprit de Hans Christian Andersen aussi bien que celui d'Odense, le projet est en parfait équilibre entre niveau international et celui local. C'est un projet conçu pour Odense, mais en même temps, il va au-delà du contexte local et national. C'est internationalement 'Odenséan' », a expliqué le maire de la ville, Anker Boye, également président du jury lors de la compétition. Qui, rappelons-le, a vu la participation de cabinets prestigieux tels que BIG ou Snohetta.

 

Un petit air de Japon près de Paris

 

A quelques milliers de kilomètres d'Odense, ce samedi, et pour le coup beaucoup plus proche de nous, Kengo Kuma posait la première pierre du musée départemental Albert-Kahn à Boulogne-Billancourt (92). Ce projet de rénovation s'inscrit dans le programme de la Vallée de la culture des Hauts-de-Seine, et devrait contribuer à valoriser l'image du territoire.
S'appuyant autour d'un Engawa, élément de liaison entre l'intérieur et l'extérieur d'une maison au Japon, ce projet vise à s'intégrer dans le paysage. Ainsi, au nord, les rideaux de l'Engawa en façade dialoguent avec les jardins. Sur la rue, au Sud, la façade et ses fins éléments métalliques ont pour objectif d'attirer la curiosité sur les espaces d'expositions en les suggérant.

 

Ce vaste projet, dont le budget s'élève à 27,8 millions d'euros pour le Département, comprend à la fois un nouveau bâtiment de 2.300 m2 , qui permettra d'augmenter la surface d'exposition de 60 %, des bâtiments existants restaurés, un parcours permanent des collections, des espaces d'expositions et pédagogiques, un auditorium, un centre de documentation et de recherche, une librairie-boutique, un restaurant et un salon de thé. Les travaux, qui viennent de démarrer, s'achèveront en 2018.

 


Découvrez ces deux projets en images dès la page suivante.
actionclactionfp