Toujours aussi rapide, la baisse des taux de crédit se confirme cet été, s'établissant à 1.48% en moyenne. Toutefois l'activité du marché des crédits semble marquer le pas par rapport à un printemps plutôt actif.

En août 2016, les taux des crédits du secteur concurrentiel (hors assurances et coût des sûretés) se sont établis à 1.48% en moyenne (1.59% pour l'accession dans le neuf et 1.42% pour l'accession dans l'ancien).

 

Cette baisse rapide, constate le baromètre Crédit Logement/CSA publié ce lundi 5 septembre, exprime « les conséquences des orientations monétaires des banques centrales et les comportements anxiogènes des investisseurs ». Sans compter qu'elle « répercute aussi, depuis la fin du printemps, la réduction de la durée des crédits accordés ».

 

La solvabilité de la demande préservée

 

La durée des prêts s'est lentement réduite depuis le printemps, et a ainsi perdu 4 mois depuis mai, pour s'établir, en août dernier, à 208 mois (234 mois pour l'accession dans le neuf, 223 mois pour l'accession dans l'ancien). Cependant, précise Crédit Logement/CSA, « cela n'a pas dégradé la solvabilité de la demande ».

 

En revanche, l'activité du marché des crédits semble à la peine. Après des mois de janvier et février assez calmes, la production de crédits immobiliers a retrouvé plus de vigueur dès mars. Mais après un très bon mois de mai, même si les conditions de crédit demeurent sans précédent, la demande hésite toujours depuis la fin du printemps. Juillet, habituellement très actif, a été teinté de morosité cette année, affecté par le climat anxiogène actuel, avance Crédit Logement/CSA. Quant au mois d'août, traditionnellement tranquille, il l'a été un peu plus qu'à l'habitude. Sur un an, le rythme d'évolution de l'activité s'établit à +5.5% pour la production et -1.7% pour le nombre de prêts bancaires accordés.

 

L'activité du marché au ralenti

 

Le coût des opérations par emprunt poursuit sa hausse à un rythme soutenu (+3.0% sur les 8 premiers mois de l'année, en glissement annuel, après +2.2% en 2015). Le coût relatif s'établit donc à 3.92 années de revenus à fin août 2016, contre 3.85 années de revenus il y a un an, à la même époque.

 

Enfin, le niveau de l'apport personnel progresse lentement, après trois années de recul rapide, à +1.2% sur les huit premiers mois de 2016, en glissement annuel, après -6.6% en 2015.
actionclactionfp