Le ministère des Transports vient d'ordonner l'arrêt de travaux de déboisement préparatoires prévus pour la construction de la future rocade autoroutière de contournement de Strasbourg. Précisions.

Nouveau coup de théâtre dans le projet de contournement autoroutier de Strasbourg.
Le ministère des Transports, alerté par des opposants à cettefuture rocade, a ordonné, le 20 septembre 2017, l'arrêt de travaux de déboisement préparatoires au chantier. L'ordre de mettre fin à l'opération est ainsi intervenu dans la matinée alors que les bûcherons, escortés par les gendarmes, faisaient face à quelques dizaines d'opposant mobilisés pour défendre la forêt de Kolbsheim, une commune située à une quinzaine de kilomètres à l'ouest de Strasbourg, rappelait le 20 septembre le journal des DNA.

 

"Les travaux sont arrêtés jusqu'à obtention par Vinci d'une autorisation gouvernementale", précise le même journal. Le concessionnaire doit présenter des éléments complémentaires à la demande des services de l'État après l'avis négatif du Conseil national de protection de la nature (CNPN).

 

Rappelons qu'après des dizaines d'années de tergiversation, les négociations entre le Gouvernement et le groupement emmené par Vinci avaient finalement abouti en février 2016 autour du projet de contrat de concession du GCO Grand contournement Ouest de Strasbourg, ou aussi appelé A355. D'une longueur de 24 kilomètres, cette nouvelle portion d'autoroute, viendra dans la continuité de l'actuelle A35. Ce projet, né dans les années 1970, mais régulièrement abandonné avant d'être relancé à la fin des années 1990, a pour optique de délester l'actuelle autoroute A35, régulièrement engorgée, qui dessert la capitale alsacienne.

 

Une enquête publique prévue vers la fin de l'année

 

Ce projet d'investissement de 550 millions d'euros contesté par les écologistes et par les populations des communes traversées, devrait être soumis à enquête publique déclenchée par la Préfecture de Région vers la fin de l'année, ouvrant la voie à un début des travaux en 2018. Ensuite, il devrait être prévu un arrêté préfectoral. Interpellé par les opposants, Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique, ne s'est pas encore prononcé sur le projet.

 


actionclactionfp