CONJONCTURE. Les chiffres de la construction du deuxième trimestre 2017, publiés ce vendredi, soulignent que le secteur de la construction poursuit sur sa lancée de reprise forte de l'activité. Malgré tout, les mises en chantier du logement neuf ont légèrement décéléré, après avoir démarré fortement en 2017.

D'après les chiffres de la construction, publiés le 28 juillet 2017, par le ministère de la Cohésion des territoires, de juillet 2016 à juin 2017, 474.100 logements ont été autorisés à la construction (en données brutes cumulées sur douze mois), soit une augmentation de 13,2 % par rapport au cumul des douze mois précédents. Sur la même période, 397.700 logements ont été mis en chantier, un chiffre en progression de 14,4%.

 

Les autorisations de logements à la construction continuent de progresser d'avril à juin 2017

 

Sur les trois derniers mois, d'avril à juin 2017, les autorisations de logements à la construction ont continué de progresser par rapport aux trois mois précédents (+2,7 % après +7,3 % de mars à mai 2017).

 

Elles sont notamment portées par les logements collectifs y compris en résidences (+10,3 % après -3,5 %). En revanche, les autorisations de logements individuels baissent de 7,6 % après une hausse de 9,1 %.

 

De leur côté, les mises en chantier diminuent de 4,7 % après une forte hausse de 7,2 %. Elles se maintiennent dans l'individuel (+0,7 % après +6,1 %) alors qu'elles se replient de nouveau dans le collectif y compris résidence (-8,0%), annulant ainsi la précédente hausse de mars à mai 2017 (+7,8%).

 

Les mises en chantier de logements neufs en recul au second trimestre 2017

 

D'après les chiffres également publiés par le ministère de la Cohésion des territoires, les mises en chantier de logements neufs ont progressé de 8,7% d'avril à juin en France, comparé aux trois mêmes mois de 2016, à 101.300 unités. Rappelons que de janvier à mars 2017, la hausse avait été de 18,5% sur un an. Les permis de construire ont eux augmenté de 10,4% à la même période, à 118.800, toujours sur un an, après avoir progressé de 15,9% le trimestre précédent, précise le ministère de la Cohésion des territoires.

 

S'agissant des locaux non-résidentiels, de juin 2016 à mai 2017, 38,2 millions de m² ont été autorisés à la construction et 24,5 millions ont été mis en chantier. Par rapport aux douze mois précédents, les autorisations progressent ainsi de 4,1 %. A noter aussi que les mises en chantier restent elles moins "dynamiques" (+0,6%).

 

Durant le deuxième trimestre 2017, 9,6 millions de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés et 6,2 millions ont été mis en chantier. Par rapport à la même période de l'année 2016, les autorisations croissent de 2,4 % et les mises en chantier augmentent de +2,3%.

 

La FPI satisfaite mais demeure réticente à mettre un arrêt brutal au dispositif Pinel

 

Du côté des réactions, Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI), se réjouit à l'AFP ce vendredi des derniers chiffres : "Il faut remonter cinq ans en arrière pour retrouver un tel niveau d'activité en douze mois.''

 

Toutefois, "même s'ils restent bien orientés, les indicateurs du deuxième trimestre font apparaître un ralentissement de la croissance du marché", observe-t-elle, avec une reprise qui "semble plafonner". Avant de déplorer : "Bien que symbolique, la barre des 400.000 logements mis en chantier sur 12 mois peine à être franchie…" Encore ce mardi 25 juillet, le ministre de la Cohésion des territoires Jacques Mézard s'est montré réticent à mettre "un arrêt brutal au dispositif Pinel, expliquant que cela pourrait diminuer le nombre de mises en chantier de logements, et prônant une solution équilibrée, sachant qu'(il) génère aussi des recettes fiscales, a également commenté la FPI.
Le secteur de l'immobilier neuf espère, en effet, que les deux aides publiques, dispositif Pinel et Prêt à taux zéro (PTZ) soient reconduites en 2018.

 

Rappelons enfin, que d'avril à juin 2017, la construction de logements a bénéficié de facteurs favorables en l'occurrence, des taux d'intérêt de crédit encore très bas, en dépit d'une légère remontée ces dernières semaines, qui permettent à nombre de ménages d'accéder à la propriété.

 

actionclactionfp