Les dirigeants des grands groupes du BTP ont vu leur rémunération augmenter en 2014, principalement grâce à des attributions d'options et d'actions. Découvrez le classement des dix plus gros salaires du secteur de la construction.

Les rémunérations des dirigeants du CAC 40 en 2014 ont augmenté assez sensiblement, de +8,2 %. L'étude, menée par Facta (site d'information) et le quotidien économique La Tribune révèle tous les détails des salaires des grands patrons du secteur de la construction (BTP, industriels, énergéticiens…). Le document précise que les "packages d'ensemble", ont connu une hausse de +10,1 % par rapport à 2013 et que cette tendance a été due, pour l'essentiel, à une augmentation du montant des attributions d'options et d'actions (+19,8 %). Comparativement, les rémunérations fixes et variables n'ont que légèrement progressé avec +5 % sur l'exercice.

La capitalisation de la société plus cruciale que sa performance boursière

L'étude fait un lien entre le niveau des packages attribués et la capitalisation boursière de la société, "confirmant à ce titre des études académiques précédentes", fait valoir Facta. Elle note également : "En revanche, la relation entre l'augmentation de la rémunération du dirigeant et la performance boursière de l'action de la société est moindre". Dans les faits, il apparaît que le patron le mieux rémunéré, tous secteurs confondus, est Christophe Viehbacher, le président-directeur général du laboratoire Sanofi, dont le package global dépasse les 8,25 M€. Il devance, d'une courte tête, Jean-Paul Agon, le patron de L'Oréal, qui a empoché 8,14 M€. Olivier Piou, de Gemalto, complète ce podium, avec 7,23 M€.

 

Mais dans le secteur plus spécifique de la construction, quels ont été les dirigeants les mieux payés de l'année passée ? Découvrez, dans les pages suivantes, le classement qui réserve quelques surprises, comme l'absence de Martin Bouygues et d'Henri Proglio (EDF) du top 10. Du côté de la méthodologie, Facta signale deux bémols : "Chez Schneider Electric, le dirigeant doit percevoir des montants très importants en compensation de sa renonciation à un régime de retraite à prestations définies. Mais ces montants ne figurent pas dans la description de ses différentes rémunérations. Chez Veolia, le p-dg se voit attribuer des actions grâce à un nouveau mécanisme sans que soit donnée la valorisation de cette attribution". Le palmarès révèle toutefois de grandes tendances, avec deux écoles différentes : celle des patrons bénéficiant de fortes augmentations de rémunération (comprises entre +8 et +41 %) et celle des dirigeants qui ont connu une légère baisse (entre -2 et -11 %).

 

A lire aussi : notre dossier consacré aux salaires du bâtiment par Batiactuemploi.

 


Découvrez le top 10 en images.

actionclactionfp

1. Jean-Pascal Tricoire - Schneider Electric : 5,62 M€ (+19 %)

Tricoire
Tricoire © Schneider Electric
C'est le patron de Schneider Electric qui occupe la tête du classement, avec un "package global" (fixe, variable, actions, options, jetons de présence et avantages en nature) en forte hausse (+19 %) : il dépasse les 5,6 M€.

2. Lakshmi Mittal - Lakshmi Mittal : 4,9 M€ (+41 %)

Lakshmi N. Mittal (PDG)
Lakshmi N. Mittal (PDG) © ArcelorMittal
Le pdg d'Arcelor Mittal, qui avait vu sa rémunération fixe et variable baisser de -41 % en 2013, a compensé ce mouvement en 2014, dans l'exacte proportion inverse : +41 %. Il a engrangé 4,9 M€ en tout.

3. Benoît Potier - Air Liquide : 4,45 M€ (-2 %)

Benoît Potier (PDG)
Benoît Potier (PDG) © Air Liquide
Benoît Potier, le dirigeant d'Air Liquide, a vu sa rémunération globale diminuer par rapport à 2013. Il a tout de même touché 4,45 M€ tout confondu.

4. Pierre-André de Chalendar - Saint-Gobain : 3,52 M€ (-6 %)

chalendar
chalendar
Le président-directeur général de Saint-Gobain a vu son package légèrement décroître par rapport à 2013 (-6 %). Il arrive au pied du podium avec 3,52 M€.

5. Gérard Mestrallet - GDF Suez : 3,45 M€ (+21 %)

 Gérard Mestrallet
Gérard Mestrallet © PhLesage
GDF Suez, qui vient de changer d'identité en adoptant le nom "Engie", a récompensé son patron Gérard Mestrallet en 2014. L'entreprise lui a octroyé un package de 3,45 M€, en forte hausse.

6. Xavier Huillard - Vinci : 3,25 M€ (+30 %)

Xavier Huillard
Xavier Huillard © Sylva Villerot / Photothèque Vinci
Le p-dg de Vinci arrive sixième dans le classement des plus gros salaires de la construction, avec 3,25 M€. Là encore, les revenus ont fortement augmenté en 2014 (+30 %).

7. Bruno Lafont - Lafarge : 3,1 M€ (-2 %)

Lafarge : Bruno Lafont succède à Bernard Kasriel
Lafarge : Bruno Lafont succède à Bernard Kasriel
Le patron de Lafarge, Bruno Lafont, qui a lancé son entreprise dans un vaste projet de fusion avec Holcim, enregistre une légère régression de sa rémunération (-2 %). Elle atteint tout de même les 3,1 M€.

8. Patrick Kron - Alstom : 2,95 M€ (-11 %)

Patrick Kron (PDG)
Patrick Kron (PDG)
Patrick Kron, le dirigeant d'Alstom, qui a vu son groupe démantelé et passer en partie sous le contrôle de General Electric, a enregistré une baisse de ses revenus de -11 %, à 2,95 M€.

9. Christophe Cuvillier - Unibail Rodamco : 2,3 M€ (+8 %)

Unibail Rodamco
Unibail Rodamco
Christophe Cuvillier, d'Unibail Rodamco, a engrangé 2,3 M€ en 2014, tout compris.

10. Antoine Frérot - Veolia : 2,1 M€ (+18 %)

frerot
frerot © Veolia
C'est Antoine Frérot, p-dg de Veolia, qui clôt ce top 10 avec une rémunération de 2,1 M€ (+18 %).