TRANSPORT. Le 11 avril 2018, le Conseil d'État a maintenu le projet de création de deux lignes à grande vitesse (LGV) au Sud de Bordeaux. Des élus locaux se sont réjouis de cette décision.

Le Conseil d'État a annulé les nombreux recours contre les projets de lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax. En effet, par un décret du 2 juin 2016, les travaux concernant ces deux lignes ferroviaires étaient jugés "d'utilité publique". Mais des communes riveraines du projet, des associations de défense de l'environnement, des représentants de terroirs viticoles ou encore des particuliers avaient demandé l'annulation de ce décret.

 

"La procédure suivie a été régulière"

 

Le 11 avril 2018, le conseil d'État a ainsi rendu sa décision et maintenu le projet, soulignant "l'intérêt public que présente ce projet pour l'aménagement du territoire", selon un communiqué. Il estime aussi que "les coûts, les atteintes portées à la propriété privée et les risques pour les autres lignes de transport ne sont pas de nature à retirer aux lignes ferroviaires projetées leur caractère d'utilité publique, compte tenu des mesures prises afin de réduire les effets dommageables du projet, les atteintes à l'environnement, à l'agriculture, à la viticulture, à la forêt, aux monuments historiques et à la chasse."

 

Si ce maintien du décret ne réjouit pas tout le monde, des maires et élus de la région s'en sont réjouis. Alain Juppé, maire de Bordeaux et président de Bordeaux Métropole s'est félicité de cette décision, qui a validé "l'évaluation socio-économique du projet et son importance pour le développement du grand Sud-ouest". Ce dernier se réjouit aussi du succès de la ligne "Océane", reliant Paris à Bordeaux en deux heures, "qui ne se dément pas, avec une augmentation de 70 % de la fréquentation".

 

A 250 km de là, à Toulouse, le maire de la ville, Jean-Luc Moudenc, la présidente de la région Occitanie, Carole Delga et le président du département de la Haute-Garonne, Georges Méric, se sont réunis dans un communiqué commun pour se réjouir "de cette avancée majeure pour les projets LGV Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax". Ils déclarent : "En reconnaissant l'intérêt public que présentent ces projets pour l'aménagement du territoire, le Conseil d'État réaffirme toute la crédibilité des LGV que nous défendons avec constance et unité depuis plusieurs années".

actionclactionfp