La demande de suspension du permis de construire portant sur la rénovation du plus grand magasin de Paris, fermé depuis 2005, sera examinée le 4 avril prochain lors d'une audience au fond par le tribunal administratif de Paris. Précisions.

Finalement, ce sera le 4 avril prochain que le tribunal administratif de Paris examinera lors d'une audience au fond la demande de suspension du permis de construire portant sur la rénovation de la Samaritaine, fermée depuis 2005, déposé par l'association Société pour la protection des paysages et de l'esthétique de la France (SPPEF). Ce recours devant la justice contestait les permis de construire accordés fin 2012 à LVMH, propriétaire du lieu, par la mairie de Paris. Elle s'inquiétait notamment de la transformation du bâtiment et du respect des règles d'urbanisme.

 

Ordonnance annulée le 5 mars 2004
Début juillet 2013, le tribunal administratif de Paris, saisi en référé, avait rejeté le recours de l'association, qui s'était ensuite pourvue devant le Conseil d'Etat. Et le 5 mars dernier, la plus haute juridiction administrative française a annulé l'ordonnance de juillet et renvoyé l'affaire devant le juge des référés du tribunal administratif de Paris. Mais l'affaire sera finalement examinée au fond dès le 4 avril, date suffisamment rapprochée pour ne plus justifier une audience en référé, synonyme d'urgence.

 

"Les travaux de démolition partiels de la partie du magasin 4 sont en cours. On attend donc la décision du juge des référés et celle du fond du dossier pour y voir plus clair", nous avait précisé, par ailleurs, ces jours-ci une source proche du dossier. Initialement prévue en 2013, repoussée à 2014, puis 2015, la réouverture de la Samaritaine pourrait ne pas intervenir avant 2016 ou 2017.
actionclactionfp