VU AU MIPIM. Parmi les "smart cities", les villes en pointe sur le numérique et le développement durable, la station de ski alpine Chamrousse (Isère) entame un projet de rénovation énergétique. Il allie "Smart Grid et fluides", à l'échelle, pour la première fois, en altitude, sur près plus de 76.000 m². Découverte.

A trente minutes de Grenoble, la station de Chamrousse (Isère) où Jean-Claude Killy a remporté trois médailles d'or lors des Jeux olympiques de Grenoble en 1968, a choisi de passer la vitesse supérieure pour la transformer d'ici à 2021. C'est au Marché international des professionnels de l'immobilier (Mipim), en mars dernier, que le maire Philippe Cordon, a lancé la consultation de la sélection des opérateurs, en présence de la ministre du Logement, Emmanuelle Cosse. Objectif : assurer à 1.650 mètres d'altitudes, la réalisation d'un projet de rénovation énergétique alliant "Smart Grid et fluides" sur près de 76.000 m² tout en gardant une architecture contemporaine très épurée. "On sera loin du cliché savoyard ou suisse", nous-a-t-on glissé au Mipim.

 

Labellisé par le Gouvernement comme "démonstrateur industriel pour la ville durable"

 

Labellisé par le Gouvernement en 2016, "démonstrateur industriel pour la ville durable", l'un des 14 lauréats, le seul en montagne, a pour ambition, ni plus ni moins, de construire la "première SmartStation de la nouvelle génération de la montagne-active couplée à une métropole-vallée urbaine." Elle développera une plateforme digitale et Smart Grid énergétique multifluides à l'échelle, pour la première fois, d'un ensemble urbain entier, d'une ville complète et non d'un simple îlot ou quartier.

 

Découvrez la suite de l'article et le diaporama, dès la page 2.


actionclactionfp