Les premiers modules en bois du futur centre d'hébergement, installé dans le bois de Boulogne, commencent à arriver. Leur installation sera progressive jusqu'à l'ouverture de l'infrastructure prévue fin octobre.

Après une vive polémique en mars dernier, l'installation d'un centre d'hébergement pour familles isolées et personnes sans-abris, dans le bois de Boulogne (XVe arrondissement de Paris) a débuté. Les premiers modules en bois du futur bâtiment sont arrivés dans la nuit de lundi 25 à mardi 26 juillet 2016, a annoncé la mairie de Paris. Les "bâtiments commencent à arriver et l'installation sera progressive" jusqu'à l'ouverture du centre le 28 octobre, a indiqué à l'AFP Ian Brossat, adjoint PCF chargé du Logement et de l'Hébergement d'urgence de la maire PS de Paris Anne Hidalgo. Les "choses avancent, la Ville de Paris a tenu bon et n'a pas cédé aux pressions qui se sont exprimées au cours des derniers mois", s'est-il félicité.

 

La décision de création d'un centre pouvant accueillir 200 personnes (100 en famille, 100 isolées orientées via le 115, le numéro d'urgence social) avait provoqué une levée de boucliers dans le très chic arrondissement de l'ouest parisien, son député-maire LR Claude Goasguen en tête. En mars, plus de 40.000 riverains avaient signé une pétition contre ce centre et une réunion d'information avait viré à la foire d'empoigne, certains participants en venant presque aux mains.

 

Quatre bâtiments opérationnels fin octobre

 

Des associations comme la Coordination pour la sauvegarde du Bois de Boulogne et ses abords, qui défendent ce site classé, ont déposé des recours en référé devant le tribunal administratif de Paris pour demander la suspension du projet. Elles ont été déboutées en avril mais les recours se poursuivent sur le fond, le permis de construire et la convention d'occupation des sols, a indiqué mardi 26 juillet 2016 le président de la coordination Christophe Blanchard-Dignac. "Nous ne nous battons pas contre l'accueil de personnes sans domicile fixe, ce sont des personnes qui ont besoin de solidarité, nous nous battons pour que le bois de Boulogne reste ce qu'il est, une promenade publique", a-t-il indiqué en regrettant la manière "un peu autoritaire" de la Ville dans ce dossier.

 

L'association Aurore, qui gérera le centre, a précisé que deux bâtiments étaient arrivés, sous forme de modules à assembler, dans la nuit de lundi à mardi. (Lire notre article : Quelle architecture pour le centre d'hébergement dans le bois de Boulogne ?) Ils seront construits dans la semaine avant les travaux techniques de raccordements. Quatre bâtiments, avec 150 places, seront opérationnels fin octobre, et un cinquième et dernier, avec 50 places de plus, fin novembre, a précisé Jérôme Flot, directeur du patrimoine d'Aurore. Le centre occupera 1.400 m2 au sol. Le cabinet du maire du XVIe a fait savoir qu'on "attend de voir si la sécurité est respectée et s'il n'y a pas de souci avec les riverains".
actionclactionfp