ANNONCE. Lors d'une conférence de presse organisée pour la rentrée du Gouvernement, le Premier ministre a confirmé qu'un plan logement serait dévoilé en septembre et donné les principaux objectifs.

"L'enjeu des mois qui commencent c'est de tenir les engagements pris pendant de la campagne", a lancé Edouard Philippe en introduction de sa conférence de presse, organisée au sortir du séminaire de rentrée du Gouvernement. Le ton est donné. "Le pays a besoin de transformation et les Français le savent", a-t-il déclaré. Le Premier ministre a annoncé les grands projets qui seront lancés, ou relancés, dès la rentrée avec deux mots d'ordre "Libérer et protéger", des concepts auxquels le président Macron est attaché.

 

"C'est le moment d'engager des transformations qui ont été trop longtemps repoussées", a poursuivi le Premier ministre et "d'apporter aux Français, les réponses qu'ils demandent depuis déjà plusieurs années", selon lui. Parmi les réformes prévues celle d'une "politique du logement qui court après l'augmentation des prix mais qui ne produit pas les résultats que nous en espérons".

 

Edouard Philippe a donc annoncé qu'un plan logement serait dévoilé courant septembre avec 3 objectifs. Premièrement, le Gouvernement veut "créer un choc d'offre pour construire plus, plus vite, moins cher, et là où la situation est la plus tendue". Deuxième ambition : "mieux loger les plus précaires avec le programme « logement d'abord », plutôt que de les orienter d'hôtels en hébergements sociaux". Enfin, troisième axe, "moderniser les aides au logement pour améliorer l'efficacité d'une politique qui ne produit pas de résultats satisfaisants et qui demande pourtant de plus de moyens budgétaires", a-t-il enfin dévoilé.

 

Il a par ailleurs annoncé que jeudi le gouvernement rendra publiques les cinq ordonnances modifiant le code du travail, qui seront examinées en Conseil des ministres le 22 septembre puis signées par le président. Il présentera ensuite une "nouvelle politique pour l'emploi", qui donnera la priorité "à la formation plutôt qu'aux emplois aidés", suivie de la réforme de l'assurance chômage, avant de lancer en 2018 la réforme des retraites.
actionclactionfp