PORTRAIT. Jérôme Brunet aime le verre, le Rubik's cube et les tableaux de Hopper. Le co-fondateur de l'agence Brunet Saunier a développé le concept de monospace au sein de ses réalisations et en particulier dans les centres hospitaliers en constante évolution. Portrait.

"Ainsi l'hôpital cesse d'être un organisme statique et acquiert une flexibilité qui lui permet de suivre l'évolution de la médecine nouvelle en même temps qu'elle lui permet des possibilités de croissance dans le futur". Devant le public attentif de la Carte blanche Archinov en partenariat avec le groupe SMA, Jérôme Brunet est fier de réciter une citation inconnue d'un certain...Le Corbusier. Fier surtout d'évoquer sa vision annonciatrice de l'hôpital de demain.
Pour mieux saisir la démarche de l'architecte de la villa Savoye, Jérôme Brunet s'est plongé dans ses carnets et notamment ses croquis. Un d'entre d'eux rappelle un tableau de 1493, Le martyre des pèlerins et les funérailles de Sainte Ursule, oeuvre de Vittore Carpaccio. Le Corbusier s'est curieusement inspiré de la scène funéraire pour dessiner les plans des chambres de son futur projet. Celui de la conception d'un hôpital de 1200 lits à Venise. En 1964, il exprime sa vision de la modernisation du tissu urbain vénitien, la maquette laissant apparaître un hôpital fondu dans la ville. Le bâtiment présente une alternance de patios et de jardins bordurant. Poétique, Jérôme Brunet y voit lui une "nappe assez mouvante comme des nénuphars sur l'eau". Le projet est hélas contesté par les autorités locales et ne verra pas le jour après la mort de le Corbusier en 1967.

 

Retrouvez en pages suivantes, la suite du portrait consacré à Jérôme Brunet...
actionclactionfp