Quel pourrait être l'impact du Brexit sur le marché du logement dans les régions françaises ? Le Crédit Foncier a souhaité en savoir plus sur les conséquences de la sortie de l'Union de la Grande-Bretagne en interrogeant des professionnels de l'immobilier. Voilà leurs conclusions.

Les acheteurs britanniques étaient, avant le Brexit, d'importants investisseurs dans l'immobilier français, notamment pour des résidences secondaires. Ils représentaient le tiers des investisseurs étrangers dans l'Hexagone, soit 2,13 % de toutes les transactions. La sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, votée le 23 juin 2016, va-t-elle avoir un impact sur l'activité des professionnels de l'immobilier ? Pour le savoir, le Crédit Foncier a interrogé(*) plusieurs centaines d'entre eux (agents immobiliers, commercialisateurs, lotisseurs, promoteurs, constructeurs de maisons individuelles, gestionnaires de patrimoine).

 

Le Nord-Ouest inquiet, l'Est tranquille

 

Première conclusion : non, la grande majorité des professionnels (67 %) ne craint aucun impact. Ils ne sont que 17 % à pronostiquer un impact négatif sur leur activité et 9 % à estimer que les répercussions de ce vote seront… positives. Deuxième constatation, les prévisions diffèrent grandement suivant les régions concernées. Ainsi, ce sont 22 % des professionnels d'Île-de-France qui attendent un effet positif contre seulement 1 % de ceux du Nord-Ouest. Ils attendent un probable "transfert de sièges sociaux aujourd'hui localisés dans le Grand Londres", analyse le Crédit Foncier. A l'opposé, les spécialistes de l'immobilier se montrent inquiets dans le Sud-Ouest (21 %) et dans le Nord-Ouest (24 %). "Ces chiffres s'expliquent probablement par la présence plus significative des Britanniques dans ces régions", détaillent les auteurs de l'enquête. Les régions se sentant les moins concernées sont le Nord-Est (79 % n'anticipent aucun impact) et le Sud-Est du pays (70 %).

 


(*) L'enquête, menée par l'institut de sondage CSA, a été réalisée par téléphone, du 29 août au 5 septembre 2016, auprès d'un échantillon représentatif de 400 professionnels de l'immobilier.
actionclactionfp