Le groupe de BTP Bouygues Construction, écarté par l'assureur Generali dans le cadre de la construction du futur siège de Saint-Gobain à La Défense, contre-attaquerait devant les tribunaux. Selon une information révélée par Le Figaro, il intenterait une action en justice pour "rupture abusive de contrat". Détails.

"La Défense, ton univers impitoya-able…". C'est peut-être le début d'un feuilleton judiciaire : Bouygues Construction, qui devait initialement construire la tour Saint-Gobain dans le quartier d'affaires francilien, et qui avait été évincé par l'assureur Generali, ne l'entendrait pas de cette oreille. Le groupe de BTP aurait, selon le quotidien Le Figaro, lancé une action en justice contre l'assureur italien et contre son maître d'ouvrage assistant Hines, pour "rupture abusive de contrat".

 

Retour sur la chronologie des faits : à la fin de 2015, Generali et Bouygues Construction sont partenaires afin de construire le futur siège de Saint-Gobain. Un accord les lie mais aucun contrat n'a été signé. Le projet de tour, dessiné par Valode & Pistre, n'a même "jamais été enregistré dans le carnet de commandes" du groupe de BTP, selon un de ses porte-parole, cité par Le Figaro. Des désaccords seraient apparus concernant le chiffrage des travaux, et en particulier sur le système de climatisation de l'édifice de bureaux. Le quotidien relate : "(…) il aurait fallu refaire des études techniques et modifier les structures de ce gratte-ciel (sols, plafonds, isolation)". Le surcoût engendré aurait été source de désaccord entre les deux groupes, amenant Generali à mettre fin à leur partenariat et à relancer une consultation rapide auprès des deux autres géants de la construction en France, Vinci et Eiffage. Ce sera finalement le premier qui décrochera le contrat, signé au début du mois de mai.

 

Mais Bouygues Construction aurait finalement choisi de porter devant les tribunaux ce changement, et réclamer 35 M€ de dommages et intérêts. Soit près du quart du montant total estimé pour la construction de la tour Saint-Gobain. Le Figaro souligne encore l'ironie de la situation : "Avec un cahier des charges revu et corrigé qui permettra d'avoir une climatisation tout à fait dans les normes (19 °C) (…) Generali aurait accepté l'offre de Vinci alors qu'elle serait plus chère que celle de Bouygues". Et le quotidien affirme enfin que l'assureur italien serait prêt à trouver un accord financier avec Bouygues afin d'éviter un procès, proposition qui n'aurait pas été acceptée. Le service de communication du groupe de BTP restait injoignable ce 15 juin, tandis que Saint-Gobain ne souhaitait pas commenter cette situation. Son siège-showroom de haute technicité, destiné à faire la démonstration des capacités de ses produits, sera-t-il finalement prêt en 2019 ?
actionclactionfp