La filiale de promotion immobilière de Bouygues et le groupe AccorHotels misent sur le développement des espaces de travail collaboratifs. Au travers de Nextdoor, ils entendent devenir les leaders européens de ces services dédiés aux nouvelles pratiques professionnelles.

Flexibilité, dématérialisation, nomadisme, partage, réseau… Le monde du travail évolue et, avec lui, l'usage des espaces tertiaires. Le marché des espaces collaboratifs est en pleine expansion : dans les 5 ans, ces lieux pourraient représenter entre 10 et 20 % des bureaux en France, contre 2 % aujourd'hui. Pour tirer profit de cette croissance, Bouygues Immobilier et AccorHotels unissent leur force pour créer "le leader européen de l'hospitality business" (sic). Ils s'appuieront sur la société Nextdoor, créée en décembre 2014 par Bouygues Immobilier seul, qui exploitera huit sites en France, principalement situés près des gares des métropoles (La Part Dieu à Lyon ou Saint-Lazare et gare de Lyon à Paris) et dans les quartiers d'affaires périphériques (La Défense, Issy-les-Moulineaux).

 

Associer expertise immobilière et excellence des services

 

Le premier objectif de cette alliance sera "de sécuriser les meilleurs emplacements" et "de disposer rapidement d'une taille critique". Nextdoor vise une clientèle de plus de 4.000 personnes d'ici à la fin de l'année. Chacun des deux partenaires apportera son expertise propre : Bouygues Immobilier dans l'immobilier d'entreprise, y compris en termes de sélection des sites, de négociations ou d'ingénierie urbaine, ou encore de relations avec les grands comptes et propriétaires bailleurs. AccorHotels, de son côté, sera chargé des aspects de relation client, de développement de services de conciergerie et d'exploitation des sites. Le groupe hôtelier entend également profiter de ses canaux de distribution afin de toucher une nouvelle clientèle pour la marque Nextdoor.

 

Ensemble, ils prévoient de créer 80 espaces de coworking en Europe d'ici à 2022, avec un rythme de 10 à 15 ouvertures d'espaces collaboratifs par an à compter de 2018.

 

Coworking : effet de mode ou tendance pérenne ?
BNP Paribas Real Estate décrypte le marché des espaces de travail partagés. Pour la banque, "l'acte militant des années 2005-2006 est devenu une tendance pérenne avec, de nouveau en 2017, une croissance à deux chiffres du nombre de centres et de coworkers dans le monde". Paris, avec plus d'une centaine de ces centres de plus de 1.000 m² arrive même en troisième place des villes les plus actives dans ce domaine, après New York et Barcelone, et devant Londres ! En 2016, BNP Paribas a recensé 14 nouveaux centres en Île-de-France (soit 45.000 m²), tandis qu'en 2017, ce sont déjà 9 centres (40.700 m²) qui ont été traités au cours des premiers mois de l'année avec 16 autres négociations en cours. Résultat : le potentiel pourrait doubler dans les mois qui viennent.
Les analystes estiment qu'au-delà de proposer des mètres carrés de bureaux, il faudra offrir des services pour rester compétitif dans ce marché qui se structure. Eric Siesse explique : "Les espaces de coworking se ressemblent de moins en moins. Chaque enseigne crée son propre territoire de marque adossé à des concepts de plus en plus pointus et innovants". Parmi les acteurs d'envergure, citons le leader Spaces (groupe Regus) et son challenger Wework, ou les Français The bureau (le seul à posséder une licence IV) et Startway (accompagné par Postimmo). Nextdoor et Kwerk (axé sur le design et le bien être avec espaces de fitness) complètent ce tableau. A côté de ces spécialistes, il est estimé qu'un tiers des entreprises du CAC 40 développent leur propre modèle de coworking en interne. Le modèle dit "Flex Office" ferait rêver les plus jeunes générations de travailleurs, selon BNP Paribas Real Estate.
actionclactionfp