La production de biométhane est appelée à se développer en France, pays agricole lancé dans sa transition énergétique. A Saint-Nicolas du Tertre, en Bretagne, l'unité Sensienergies valorise le lisier de porc d'un élevage pour produire de la chaleur et de l'électricité.

La filière du biogaz français est en pleine croissance (10 % par an), même si le potentiel est encore largement sous-exploité. Elle a réalisé, en 2014, un chiffre d'affaires de moins de 500 M€ alors qu'en Allemagne, il se situe largement au-delà des 2 Mrds €. Afin de combler ce retard, la loi de Transition énergétique pour la croissance verte prévoit un fort développement des unités de méthanisation, afin d'atteindre les 10 % de gaz vert dans le réseau national en 2030. Certains agriculteurs, voyant dans cette activité une opportunité de diversification et de revenus complémentaires, initient des projets de méthaniseurs. C'est le cas de la famille Texier de Saint-Nicolas du Tertre (Morbihan), qui s'est lancée dans l'aventure dès 2007.

 

Elle a opté pour une unité de méthanisation implantée à proximité de son élevage porcin, afin de traiter et valoriser les lisiers. Les éleveurs se sont fait accompagner par Evergaz, un opérateur intégré du biogaz, qui conçoit, fait réaliser et exploite les centrales. Afin de faire face à un investissement conséquent, dépassant les 3,4 M€, les partenaires ont reçu diverses aides, dont celles du Plan de performance énergétique des exploitations agricoles, de l'Ademe, de l'Agence de l'eau Loire-Bretagne et du département. La société civile d'exploitation agricole Texier a finalement mis en service son méthaniseur au mois d'août 2013, dont elle détient 49 %, la majorité des parts allant à Evergaz. L'installation traite aujourd'hui près de 15.000 tonnes de déchets organiques : lisier, inter-cultures, productions végétales et boues graisseuses y sont digérées et transformées en chaleur, électricité et engrais naturel. La chaleur produite sur place sert à la fois au chauffage de la porcherie et au séchage du digestat.

 

Valoriser des déchets organiques et limiter les épandages

 

Les éleveurs profitent de plusieurs avantages, dont une diminution de leurs frais de traitement des lisiers porcins, une réduction de leur facture énergétique, ainsi qu'une production d'engrais organiques substituables aux engrais chimiques. Un exemple que souhaite reproduire Evergaz, ailleurs en France. L'opérateur envisage d'exploiter une vingtaine d'unités de méthanisation d'ici à la fin de la décennie, pour une puissance d'environ 15 MW. L'objectif sera alors de valoriser plus d'un demi-million de tonnes de déchets par an. Frédéric Flipo, le directeur général délégué de l'entreprise explique : "En visant l'exploitation de 20 unités de méthanisation à l'horizon de 2020, Evergaz affirme sa volonté de mettre son expertise au service du développement du biogaz et de la transition énergétique sur notre territoire. Rien qu'en France, plus de 350 millions de tonnes de biodéchets sont produits chaque année, dont moins de 3 % sont valorisés". La société annonce vouloir investir dans les nouveaux usages du biométhane, et notamment le bioGNV (gaz naturel pour véhicule), "afin de favoriser la mobilité verte et la ville durable".

 

Fiche technique :
Unité : méthaniseur de Saint-Nicolas du Tertre (56)
Actionnariat : Evergaz (51 %), SCEA Texier (49 %)
Capacité de traitement : 14.965 tonnes de déchets organiques par an (dont 5.000 m3 de lisiers)
Valorisation de la chaleur : chauffage de la porcherie, séchage de digestat pour produire de l'engrais
Cogénération : 527 kW d'électricité produite (équivalent de la consommation de 1.200 foyers)
Investissement : 3,42 M€
Aides publiques : 0,7 M€ soit PPE (325 k€), Ademe (180 k€), Agence de l'eau Loire Bretagne (121 k€), département du Morbihan (80 k€)
Mise en service : août 2013
actionclactionfp