Ciments Français a annoncé une hausse de ses bénéfices de 6 % en 2011, malgré un CA en recul à 3,89 Mrds € (-4 %). La maison mère, Italcementi, quant à elle, a publié des chiffres inverses : si son CA est en légère progression à 4,72 Mrds € (+1,3 %), son bénéfice net a fortement chuté (-53,7 %). La crise a fortement impacté les comptes des deux sociétés qui attendent une stabilisation voire une amélioration en 2012.

La crise a fortement impacté la demande en matériaux de construction. Cependant, Ciments Français tire son épingle du jeu : le groupe a vu son bénéfice croître de 6 % pour s'établir à 215 M€ en 2011. Le ralentissement général a été compensé par le marché français qui a bien résisté, par le marché nord-américain qui a montré des signes de reprise et par celui des pays émergents. Le Maroc, l'Inde et la Thaïlande ont connu une année 2011 positive. L'Egypte, en plein crise politique, a connu une année difficile.

 

Le chiffre d'affaires de Ciments Français a connu un recul de 4 %, à 3,89 Mrds €. En termes de volume, les ventes de ciment (42,4 Mt, -1,4 %) et de granulats (34,8 Mt, -5,2 %) ont connu une baisse. Seul le béton prêt à l'emploi a vu ses volumes vendus croître (9,7 millions de m3, +1,9 %). Baisse de la demande, forte inflation des prix de l'énergie et effet de change négatif ont donc conduit à une dégradation des résultats opérationnels. Une baisse partiellement compensée par les actions d'amélioration de la productivité initiées en 2011.

 

Pour 2012, l'entreprise s'attend à une plus grande stabilité des marchés : les volumes vendus devraient se maintenir au niveau de 2011, tandis qu'une amélioration est même espérée en Amérique du Nord et au Maroc. L'Europe du Sud et l'Egypte demeurent des zones d'incertitude.

 

Italcementi chute en 2011
La maison-mère, Italcementi, a elle aussi souffert de la crise mondiale : le bénéfice net a été divisé par deux à 91,15 M€ (-53,7 %) même si le chiffre d'affaires a légèrement progressé à 4,72 Mrds € (+1,3 %). Le groupe cimentier transalpin a accusé un repli des ventes dans les pays d'Europe du Sud frappés par la crise de la dette (Italie, Espagne, Grèce), ainsi qu'en Egypte, en plein chaos. En revanche, il a enregistré de bons résultats en France, Belgique, Maroc et en Inde.

 

Dans un contexte économique « marqué par les incertitudes », Italcementi indique qu'il poursuivra cette année son programme d'économies qui devrait lui permettre d'épargner 160 M€ en 2012 et 2013 : sur les 5 dernières années, le groupe a déjà réussi à économiser 1 Mrd € grâce à ses actions de contrôle des coûts. Les deux entreprises, Ciments Français et Italcementi, ont réussi à se désendetter : la première a vu sa créance diminuer de 390 M€ (à 1,02 Mrd €), tandis que la seconde l'a réduite de 137 M€ (à 2,093 Mrds €).
actionclactionfp