L'architecte irako-britannique est décédée d'une crise cardiaque a annoncé jeudi son cabinet.

La femme architecte sans doute la plus célèbre au monde est décédée ce jeudi d'une crise cardiaque dans un hôpital à Miami aux États-Unis, a annoncé jeudi son cabinet, situé à Londres.

 

"C'est avec une grande tristesse que Zaha Hadid Architects confirme que Zaha Hadid est décédée subitement à Miami tôt ce matin. Elle souffrait d'une bronchite contractée plus tôt cette semaine et a eu une crise cardiaque pendant son traitement à l'hôpital", indique-t-il dans un communiqué.

 

L'architecte britannique d'origine irakienne, première femme lauréate du prix Pritzker en 2004 et de la médaille d'or royale pour l'architecture décernée par le Royal Institute of British Architects (RIBA) en 2015, marque l'histoire de l'architecture du XXIème siècle.

 

Née à Bagdad en 1950, c'est après des études de mathématiques à l'Université américaine de Beyrouth qu'elle se forme à l'architecture à Londres, à l'Architectural Association, dont elle sort diplômée en 1977. Elle fonde son cabinet en 1979.

Une architecture unique

"Audace", "folie", "force", "génie"... la créativité de son architecture, ses lignes et ses courbes uniques, ne laissent personne indifférent et suscitent parfois la controverse, comme sa personnalité, souvent décrite comme "bouillonnante".

 

"Alors que la vision de Le Corbusier consistait à dissoudre la ville pour la remplacer par un tapis d'architecture moderne et morne, je pense qu'il est possible de soutenir l'intensité de la métropole sans éroder la trame qui assure la cohésion" , Zaha Hadid, Zaha Hadid, l'Intégrale, éd. Parenthèses, 2009.

 


Son oeuvre reste immense et présente à l'échelle mondiale, reflétant ses multiples facettes et son imagination sans limite : musées (Brandhorst en Allemagne, Guggenheim de Taichung à Taïwan, un MAC au Barheïn, le MAXXI - Musée des arts du XXIe siècle- à Rome, etc.), des opéras (Ghangzhou en Chine, Cardiff, etc.), des piscines olympiques (Londres), des tremplins de saut à ski (Innsbruck en Autriche), des centres d'art, des bibliothèques, etc. Mais aussi des objets, du mobilier, des articles de mode (comme des chaussures) ou encore un bateau !

 

Parmi ses derniers projets, l'aéroport de Pékin, concours remporté l'an dernier et qui devrait être livré en 2018. On notera également l'abandon du stade olympique des JO de Tokyo en 2020, en raison de son surcoût. En France, elle a signé notamment la Tour CMA-CGM à Marseille, les Pierres Vives à Montpellier. Elle a réalisé également un pavillon mobile tel un ovni, sur le parvis l'Institut du Monde Arabe en 2011.

 

"Travaillant avec son associé Patrik Schumacher, elle s'intéressait aux relations entre l'architecture, les paysages et la géologie, qu'elle a associés dans l'exercice de son métier avec des technologies innovantes, ce qui se traduisait souvent par des formes architecturales inattendues et dynamiques", écrit ainsi son cabinet dans son communiqué.

 

"Elle n'invente pas de nouvelles formes de construction ou de techniques ; elle nous fait porter un regard neuf sur le monde, en révolutionnant la manière de le représenter. Elle trouve les racines du modernisme dans la dissolution tant du sujet que de l'objet et les porte sur la scène du paysage moderne qu'elle refaçonne comme un lieu où nous pouvons entreprendre d'aventureux voyages," Aaron Betsky, introduction de l'ouvrage Zaha Hadid, l'Intégrale, éd. Parenthèses, 2009.

 

Retrouvez en pages suivantes, quelques-uns de ses projets en images.

 

Et en vidéo ci-dessous (une vidéo réalisée par Zaha Hadid Architects) :

 


actionclactionfp