FICHE PRATIQUE. Alors que les étudiants sont en vacances, certains sont sûrement en train de chercher une entreprise pour effectuer leur apprentissage. Artisans ou patrons de PME, vous seriez intéressés mais vous hésitez ? Comment ça marche ? Quelles sont les aides ? Eléments de réponse.

Alors que le Gouvernement entend atteindre le chiffre de 500.000 apprentis formés d'ici à 2017, le nombre d'entreprises ayant recours à un apprenti n'est que de 3,5%. Pour inciter les entreprises à prendre des jeunes en apprentissage, l'Etat sort les grands moyens. Du 11 juillet au 5 août, le Gouvernement parraine ainsi un programme court, diffusé sur M6 et W9, dressant le quotidien de plusieurs apprentis, à des niveaux d'études et dans des secteurs différents. De son côté, Bercy met en avant les avantages financiers en détaillant les aides auxquelles peuvent bénéficier les entreprises. Sur son site, le ministère de l'Economie précise d'ailleurs immédiatement que "toute entreprise qui recrute un salarié en contrat d'apprentissage peut bénéficier de différentes aides à l'embauche, qui sont par ailleurs cumulables".

 

Alors quelles sont ces aides ? Et comment en bénéficier ?

 

L'aide "TPE jeunes apprentis"


Réservée aux très petites entreprises (moins de 11 salariés), cette aide est accordée pour un apprenti de moins de 18 ans à la signature du contrat. L'entreprise bénéficie alors de 1.100 euros par trimestre pendant la première année du contrat, soit 4.400 euros au total. La demande se fait via le portail de l'alternance.

 

La prime régionale à l'apprentissage


Egalement réservée aux TPE, cette aide, de 1.000 euros minimum, est versée par la région pour chaque année de formation.

 

L'aide régionale au recrutement d'apprenti supplémentaire


Toutes les entreprises de moins de 250 salariés peuvent bénéficier de cette aide, à condition qu'il s'agisse de leur premier apprenti ou d'un apprenti supplémentaire par rapport au nombre de contrats en cours au début d'année. En cas d'acceptation du dossier, la région verse 1.000 euros minimum.

 

Les aides pour les apprentis reconnus travailleurs handicapés


Toutes les entreprises, quel que soit leur taille, ont droit à cette aide si elles embauchent un apprenti reconnu travailleur handicapé. Pour cela, il faut en faire la demande auprès de l'Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées).
L'aide peut aller de 1.000 à 7.000 euros selon la durée du contrat. Afin de pérenniser la présence de l'apprenti au sein de l'entreprise à l'issue du contrat d'apprentissage, l'Agefiph propose également une aide.

 

Le crédit d'impôts

 

Enfin, toutes les entreprises peuvent prétendre à un crédit d'impôts de 1.600 euros jusqu'à 2.200 euros dans certains cas, comme pour les travailleurs handicapés. Cependant, pour en bénéficier, Bercy précise que les entreprises doivent être soumises à un régime réel d'imposition et avoir conclu un contrat d'au moins un mois. A noter aussi que ce crédit ne peut être accordé que pour un apprenti dont la formation préparée ne peut dépasser le niveau III (bac+2).
actionclactionfp