L'isolation thermique par l'extérieur en filière sèche a connu une année 2015 difficile, avec un recul plus marqué encore que celui de l'activité dans le bâtiment. Les chiffres, médiocres, qu'il s'agisse de volume ou de chiffre d'affaires, devraient toutefois remonter en 2016. Le Syndicat national des bardages et vêtures isolés livre le bilan et les perspectives de cette filière.

Dans une conjoncture difficile pour le bâtiment, avec une activité sectorielle en baisse de -3 % en 2015, il était difficile pour les professionnels de l'isolation par l'extérieur de réaliser de bonnes performances économiques. L'année écoulée a donc été compliquée : le Syndicat national des bardages et vêtures isolés (SNBVI) annonce des résultats en baisse. Le volume d'activité global a atteint les 4,6 millions de m² (-6,3 %) pour un chiffre d'affaires en recul de -7,5 %. Le prix moyen du mètre carré a lui aussi reculé, à 45,9 € (-4 %). Pour le syndicat, "la baisse observée s'explique par l'incertitude économique internationale, pesant également sur le marché français". Elle ralentirait les prises de décisions et provoquerait un décalage dans la réalisation des projets, avec un délai rallongé de 12 à 18 mois. "La progression plus lente qu'espérée du segment de la rénovation énergétique contribue largement au recul de l'activité du secteur du bâtiment en général et, en particulier, à celui des réalisations sur le plan de l'ITE (filière sèche)", précise le SNBVI.

 

Des perspectives encourageantes pour la fin de 2016

 

Pour l'année 2016, les professionnels entrevoient un début de reprise, portée par l'amélioration de la situation du logement neuf. "La rénovation énergétique soutenant le marché, ainsi que le redémarrage de projets neufs dans le cadre de marchés publics (en particulier dans le secteur du logement social), sont des facteurs clés", annonce le SNBVI. Il cite également le lancement du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) et l'annonce du déblocage de fonds par la Caisse des dépôts et consignations pour l'amélioration de l'efficience thermique. La Fédération française du bâtiment table sur une reprise du secteur de la construction de l'ordre de +0,9 %, ce qui aura mécaniquement un effet favorable sur le marché de l'ITE. Cependant, un certain décalage sera constaté, les premiers effets de cette reprise ne se faisant sentir pour lui qu'à la fin de 2016 voire au début de l'année prochaine. "Les aides injectées, comme le renforcement du PTZ ou le maintien de la TVA à 5,5 % permettront sans doute, à horizon de 2017, de nouvelles mises en chantiers", estime le syndicat. "Malgré tout, l'enquête Unicem menée pour le compte du SNBVI pour le groupement de ses membres annonce une amélioration de l'ordre de +1,5 % en chiffre d'affaires", indique Pascal Chillet, son nouveau président (voir encadré). L'augmentation des volumes serait équivalente.

 

Pascal Chillet, nouveau président du SNBVI
C'est le directeur général de FunderMax France, précédemment vice-président du SNBVI, qui a été nommé président du syndicat, succédant ainsi à Thierry Leverrier. Le nouveau président souhaite faire de la façade intelligente et de l'évolution des cadres juridiques réglementaires et fiscaux, ses deux priorités. Rappelons que le SNBVI, créé en juin 2013, regroupe seize acteurs de la vêture, du bardage rapporté et de l'ITE en filière sèche, dont Eternit, Terreal, VMZinc ou Wienerberger.
actionclactionfp