Ce week-end s'est tenu le rendez-vous désormais incontournable de Bordeaux, Agora, organisé par la ville tous les deux ans. Aperçu des festivités et palmarès des prix remis à cette occasion.

Bordeaux et sa communauté urbaine : une métropole au dynamisme urbain et architectural qui n'est plus à prouver et ce, pour un cadre de vie destiné à près d'un million d'habitants (714 727 recensés en 2006 pour être exact). Cette force et cet engagement comme métropole moderne et d'avenir, la ville l'a démontré une fois de plus ce week-end, durant la quatrième édition d'Agora, sa biennale d'architecture, d'urbanisme et de design. L'occasion d'un rendez-vous avec tous ceux qui "créent, construisent et vivent" la ville : architectes, urbanistes, designers, entrepreneurs et habitants. Un événement dont le pôle central s'est situé au Hangar 14 (H14) et également dans le quartier entre Chartrons et Bacalan - totalement réinventé ces dernières années par l'urbaniste Nicolas Michelin - des Bassins à flots, en plus de nombreux événements organisés en ville.

Damien Klouche, commissaire général de la Biennale

Expositions, débats, ateliers, concerts... Trois jours d'un programme dense et intense, dont le commissariat général a été confié cette année à l'architecte et urbaniste Djamel Klouche - par ailleurs plus jeune des dix architectes consultés pour le projet du Grand Paris - qui a bâti 'son' Agora autour, justement, des enjeux de la "ville millionnaire" (soit en passe ou ayant atteint le million d'habitants). Son projet, baptisé "stim-Métropoles millionnaires" s'interroge ainsi - depuis et avec la problématique bordelaise, mais aussi au-delà - sur les enjeux de la métropole du XXIe siècle : "comment stimuler la pensée sur la Métropole millionnaire ? Comment y stimuler le 'vivre ensemble'?".

Stimuler la métropole millionnaire

A l'image de son travail de réflexion mené à l'occasion du Grand Paris, ne visant pas à proposer un modèle, un plan ou des images de la "métropole idéale", Djamel Klouche et son équipe de l'agence AUC, sont partis du constat "que la métropole de demain est déjà là, explique l'architecte, et que le fait métropolitain est avant tout un fait culturel, mondialisé et localisé simultanément et que son intérêt tient à l'affirmation de son caractère multiforme." Il faut ainsi la "stimuler". Autour de ce thème, notamment une exposition au H14, point névralgique de l'Agora : sept métropoles européennes (Copenhague, Valence, Rotterdam, Liverpool, Riga, Zurich, Belgrade), choisies pour leur modèle de développement ici décrypté. Le tout donnant lieu à une huitième ville - sortie de l'imagination de Djamel Klouche - qui, tirant le meilleur des premières, "dessine un climat, l'atmosphère de la métropole millionnaire".

 

En parallèle, le "lobby" du H14 distribue autour du "ring" réservé aux débats, expositions et animations présentées par Bordeaux et les partenaires d'Agora. Débats et conférences sur les projets en cours ou à venir dans la métropole bordelaise, expositions prospectives, performances artistiques... autant de passages de la réalité à l'utopie dans les disciplines créatives que sont l'architecture, l'urbanisme et le design. Ce dernier n'est en effet pas oublié, malgré le thème général, avec notamment une figure de proue de choix, le designer Andrea Branzi, qui a présenté de nombreuses expositions et travaux.

 

Notons enfin que l'Agora, c'est aussi cinq concours dont les prix ont été remis le 8 mai : prix d'architecture, prix de l'appel à idées "Quels paysages urbains pour Bordeaux demain ?", prix du design, prix des entreprises et prix des associations.
actionclactionfp