DIAPORAMA. Avec un périmètre de 1,5 km, une surface globale de 280.000 m2 et 200 boutiques, le futur centre commercial de Roissy, baptisé Aéroville, présente des mensurations hors norme. Ce projet, conçu par l'architecte Philippe Chiambaretta, devrait divertir passagers en transit, salariés et habitants du territoire. Visite.

C'est par manque d'équipements et de loisirs sur le territoire que le projet d'Aéroville est né il y a une quinzaine d'années. Volonté d'Aéroport de Paris à qui appartient le terrain, ce hub à cheval sur la commune de Tremblay et de Roissy vise à offrir aux 120.000 salariés de la zone aéroportuaire de Roissy CDG, aux habitants de proximité ainsi qu'aux voyageurs en transit, un lieu de loisirs et de commerces.

 

S'étalant sur 11 hectares, soit l'équivalent des terminaux 2E et 2F de Roissy, le défi reposait sur la structuration de ce vaste site : "L'ensemble était difficile à architecturer. Nous avons donc décidé de découper le programme en neuf blocs", explique Philippe Chiambaretta, le concepteur du projet. Et pour une plus grande lisibilité et surtout pour exploiter au maximum cette vaste étendue, le programme s'est orienté sur un bâtiment d'un seul niveau de plain pied assurant une balade shopping, objet également de flânerie. A mi-chemin entre la ville et le terminal, le centre commercial abrite 200 boutiques, 25 restaurants, 12 salles de cinéma et d'un supermarché Auchan. Sans oublier les 4.000 places de parking.

 

Des modifications au fur et à mesure du chantier
Et pour rendre cette promenade la plus agréable possible, l'architecte a tout particulièrement travaillé sur les flux et les rues du centre : "Nous avons mis deux mois et demi pour ajuster le plan d'ensemble et trouver un bon mixte entre les différentes surfaces. Le mail principal mesure entre 11 et 13 mètres de large et propose une balade de 1,2 km. De plus, pour donner cette impression de volume, nous avons tenu à présenter des hauteurs de plafond importantes", précise Philippe Chiambaretta. Soit des hauteurs pour les façades des boutiques pouvant aller jusqu'à 7.30 mètres et pour le hall principal 13 mètres. "Le maître d'ouvrage, Unibail Rodamco, a même décidé de relever la hauteur durant le chantier", précise le maître d'œuvre. Des petits changements qui jalonnent le chantier puisque pas moins de 4 permis modificatifs et 115 fiches modificatives ont été demandés à ce jour. "Des choix qui impactent la configuration de volumes et jouent forcément aussi sur la technique comme, par exemple, le déplacement de réseaux", souligne Françoise Boudet, chef de chantier chez Philippe Chiambaretta architecte (PCA). Ainsi, sur la place nord, le grand Dôme a été agrandi passant de 16 à 20 mètres de diamètre et il a dû être remonté de 1,5 mètre. Au total, ce sont quatre dômes, appelés aussi hubs, qui forment non seulement des points de repère dans cette grande artère commercial en forme de huit mais aussi des liaisons verticales avec le parking en sous-sol.

 

Lire la suite en page 2
actionclactionfp