LOGEMENT. Un groupe de réflexion du Club de l'Amélioration de l'Habitat souhaite faire émerger deux notions : le confort de vie pour tous et l'adaptation préventive des logements. Des thématiques qui seront abordées lors des 1res Assises du Club, programmées pour le 7 février 2018. Détails.

Maurice Manceau, directeur général de Saint-Gobain Habitat et président du Club de l'Amélioration de l'Habitat, résume : "Le Club a été créé en 1992, il y a 25 ans, sous forme d'association représentant la filière de la rénovation de l'habitat privé". Les premiers adhérents, l'Agence nationale de l'habitat (Anah), Lafarge, EDF et Saint-Gobain en tête, souhaitaient mieux connaître et comprendre ce marché et étudier des pistes de réflexion et d'action pour dynamiser ce secteur. Il publie régulièrement des observatoires conjoncturels et s'est doté d'un "think tank" à vocation sociétale portant sur "Le confort de vie pour tous". Pour Maurice Manceau, l'ambition est de "répondre au défi du vieillissement de la population et du maintien à domicile". Il s'agira donc d'améliorer le confort des logements en réalisant des travaux d'adaptation préventive utile. Et l'effet corollaire sera de remettre le stock des habitations existantes à niveau, pour une utilisation intergénérationnelle.

 

L'accent sera mis sur le gain de confort et la facilité d'usage, plutôt que sur d'hypothétiques gains économiques sur des réductions de consommation énergétique. Le président du Club de l'Amélioration de l'Habitat évoque l'exemple de la pose de barres de maintien pour faciliter les déplacements de personnes à mobilité réduite, qu'il faudrait anticiper dans les logements. "Intégrer la problématique de l'adaptation lors des interventions de rénovation", telle est une des priorités identifiées par le groupe de réflexion, ceci pour éviter de dépenser plus, en reportant cette adaptation à plus tard.

 

"Comment bien vivre chez soi dans un habitat innovant, adapté aux évolutions de la vie de tous ses habitants ?"

 

Les concepts développés doivent apporter de multiples avantages selon les membres du Club : au niveau sociologique et démographique, elles constitueront une partie de la réponse face aux nouvelles organisations familiales (recomposition des foyers, indépendance tardive des enfants, développement du télétravail, vieillissement des occupants). De quoi "éviter une inflation graduelle des dépenses publiques nationales et locales" tout en développant un nouveau marché professionnel, durable et localisé, mêlant les questions du bâtiment, du numérique et de la santé

 

Autour de tous ces aspects, le Club de l'Amélioration de l'Habitat a souhaité organiser des Assises, le 7 février prochain, à l'auditorium Antoine de Saint-Exupéry au siège de la SMA BTP, dans le 15e arrondissement parisien. Les ministères de la Cohésion des territoires et de la Santé y seront représentés, tandis que deux grands témoins, un sociologue et un philosophe, apporteront leur éclairage sur les échanges. Près de 400 personnes sont attendues pour cette première édition. Le Club y présentera également un ouvrage issu de ses réflexions et présentant toutes les solutions recommandées, ainsi que leur mise en œuvre et les conditions à respecter pour satisfaire les maîtres d'ouvrage particuliers tout en facilitant le rôle des professionnels.
actionclactionfp