HISTORIQUE. A Lyon, un ancien couvent laissé à l'abandon depuis plusieurs années, s'est offert une deuxième vie dans l'hôtellerie. Baptisé le Fourvière Hôtel, cet établissement a su non seulement conserver le charme de son passé mais aussi se moderniser. Visite en compagnie de sa propriétaire.

"Lorsque nous avons pénétré pour la première fois dans l'établissement, nous avons découvert une chapelle dévastée et un jardin qui ressemblait à une véritable forêt vierge", pour Marianne Borthayre et Jean-Luc Mathias, les concepteurs du projet, l'ancien Couvent de la Visitation de Lyon était en péril.

 

Pour eux, tout commence lorsqu'ils découvrent ce site exceptionnel édifié sur la colline de Fourvière en 1857 par l'architecte Pierre-Marie Bossan.

 

Abritant dans un premier temps des sœurs, puis des infirmières, le lieu fut aussi un espace de stockage des archives de l'Hôtel Dieu. Ce fut ensuite 20 ans de vide laissant le soin au temps d'abîmer le bâtiment. Avec l'aide d'Axe Architecture, mais aussi une collaboration minutieuse avec les ABF, le chantier a démarré à l'hiver 2013. "On voulait garder l'esprit de la bâtisse et lui offrir une deuxième vie dans son jus", confie Marianne Borthayre. Le plan en carré sur trois niveaux a été préservé et l'architecture extérieure a été respectée et rénovée. A l'intérieur, ce qui a pu être conservé, l'a été. Ainsi, les boiseries d'origine ont juste été décapées, la charpente a été renforcée, la cage d'escalier a été gardée brute pour assurer l'esprit couvent…

 

Un désamiantage plus compliqué que prévu

 

Côté chantier, le désamiantage a donné du fil à retordre, "une étape plus importante que prévu", révèle la propriétaire. Elément culminant des travaux : la restauration de la chapelle. Cette dernière, qui abrite désormais la réception de l'hôtel, a été réhabilitée à l'identique par l'Atelier Royal de septembre 2013 à juillet 2014, en accord avec les Bâtiments de France. Effet garanti dès l'arrivée dans le hall d'entrée. D'ailleurs, selon certains, ce monument aurait servi de brouillon à la basilique de Fourvière.

 

Un couloir de nage de 25 mètres

 

Parmi les autres petits "plus" de l'hôtel, on peut citer le couloir de nage surélevé de 25 mètres de long. Une surélévation privilégiée à l'enfouissement afin d'éviter les chantiers fastidieux de fouilles archéologiques. Mais ce n'est pas tout, outre les salles de conférences aux décors de guignol et esprit bistrot, l'hôtel cache aussi un bouchon lyonnais, restaurant typique de la région. Après avoir traboulé dans les couloirs du rez-de-chaussée, il sera donc possible de déguster le tablier de sapeur, les quenelles, le saucisson…

 

Un design récompensé

 

Enfin, réglementation et normes obligent… Peu d'aménagements intérieurs du couvent initial ont été conservés. Pour préserver l'intimité, les 75 chambres ont toutes fenêtres sur l'extérieur et se veulent spacieuses et lumineuses. Toutes rendent hommage aux lyonnais célèbres en portant leur nom et leur portrait sur les portes. On apprendra ainsi l'histoire de la papillote, celle du cinéma avec les Frères Lumière, etc.

 

Enfin, dernières surprises, deux œuvres de l'artiste franco-argentin Pablo Reinoso font leur apparition dans l'hôtel, l'une trône au cœur du jardin carré de 700 m2, - une sculpture d'acier contemporaine jouant avec les vents, et l'autre, un banc en bois tentaculaire s'immisce délicatement dans la chapelle. Inauguré en 2016, le Fourvière Hôtel a rapidement trouvé son public et pourrait poursuivre son développement puisqu'une partie attenante est actuellement à l'abandon. Reste à savoir si elle sera cédée…

 

A noter que le Fourvière Hôtel a récemment été récompensé lors du concours Lyon Shop Design qui valorise les créations ou rénovations originales de magasins, réalisées par des commerçants en tandem avec des architectes/designers.

 

Fiche technique
Concepteurs : Marianne Borthayre et Jean-Luc Mathias
Architecte : AXE ARCHITECTURE
Direction artistique : Pablo Reinoso
Début des travaux : 2013
Fin des travaux : 2015
Coût total des travaux (achat et équipement compris) : 20 millions d'euros
actionclactionfp